fbpx

Les tendances qui vont marquer 2021

Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email
Et si l’onde de choc provoquée par la pandémie en 2020 était l’opportunité de faire éclore une société plus durable ? Véritable catalyseur de changement à l’échelle de la société - mais aussi à l’échelle de nos vies - le virus a démocratisé plusieurs tendances de fond.

La pensée sur le très long terme

Depuis plusieurs mois, nous sommes contraints à vivre sans certitude. Paradoxalement, c’est dans ce contexte profondément court-termiste qu’est apparue plus largement la nécessité de penser à long-terme, la pandémie ayant un avant-goût de fin du monde. C’est tout l’objet du playdoyer « The Good Ancestor: How to Think Long Term in a Short-Term World » de Roman Krznaric. Ainsi, ce best-seller nous exhorte-t-il à nous inspirer des tribus ancestrales chez lesquelles chaque décision est méticuleusement pesée afin de ne pas compromettre l’avenir des générations futures. C’est aussi en ce sens qu’œuvre la Long Now Foundation créée à San Francisco, et qui rassemble des technophiles du monde entier pour imaginer notre monde dans plusieurs milliers d’années. En France, l’investisseure Marie Ekeland, nommée dans nos 10 femmes de l’année, entend elle-aussi rompre avec les logiques court-termistes à travers sa nouvelle société d’investissement « 2050 », qui va financer des projets de la « tech for good » en vue d’assurer les besoins essentiels de notre société.

Priorité au local

Mini Guide Leader

La crise sanitaire a montré combien les économies sont inter-connectées, nous mettant dans une situation de dépendance parfois inquiétante à l’image de la question des médicaments. Face à cela, le Gouvernement a réagi à travers le plan France Relance qui a identifié cinq secteurs candidats aux relocalisations: la santé, l’industrie agroalimentaire, l’électronique, les intrants essentiels à l’industrie (chimie, métaux, matière première), et les applications de la 5G. Par-delà le cas des mastodontes, on a également observé le phénomène au sein de plus petites entreprises à l’image de Lunii, qui a décidé de relocaliser sa production en France. De manière générale, nous sommes entrés dans l’ère du petit et du local, puisque les Français ont également témoigné leur désir de revenir à un mode de vie plus ancré dans le terroir. En témoigne l’explosion de leur attrait pour l’immobilier dans les zones rurales (+ 89,7 %) et les petites villes (73,7 %), tandis que Paris voit sa côte de popularité chuter (-12,6%) selon une étude exclusive réalisée par PAP.

Exemple de “Cloffice” / Pinterest

Toujours plus d’espaces intérieurs

Les épisodes de confinement nous ont contraints à aller puiser dans nos ressources intérieures. Avec à la clef des questionnements pouvant mener à de véritables changements de vie. Dans le monde entier, de nombreux salariés ont claqué la porte des grosses entreprises, désireux de se réaligner avec leurs valeurs. La plateforme Pinterest témoigne ainsi de l’explosion des recherches autour de l’entrepreneuriat et de la fabrique de marques. Il est intéressant d’observer que ce retour à soi se manifeste aussi dans la nouvelle organisation des espaces.  Ainsi, le réseau social a vu naître le terme de « cloffice » (littéralement un bureau au milieu d’un dressing), une nouvelle façon de privatiser l’espace.

Le boost de l’économie circulaire

Depuis 2 ans, le minimalisme a fait son entrée dans nos vies avec l’arrivée de programmes télé tels que la méthode Marie Kondo qui nous pousse à nous séparer des objets dont nous n’avons plus besoin. Avec le confinement, la tendance s’est accélérée. Tandis que les Français ont moins dépensé (27 milliards d’euros ont été mis de côté sur le livret A soit deux fois plus que l’année précédente), ils se sont aussi mis à vider leurs placards pour épurer leurs intérieurs. Des applis comme Vinted, la licorne lituanienne qui cartonne en France, ont et vont continuer à séduire un public grandissant. Le troc devrait aussi se développer en 2021, avec des applis comme Swopr, le Tinder des objets ou encore GuesttoGuest, le troc des vacances. Dans le monde de la finance, on s’achemine aussi vers une dématérialisation des transactions avec des applis telles que Lydia qui permettent de transférer de l’argent directement de mobile à mobile. A noter que l’appli a levé pas moins de 40 millions d’euros cette année !

L’avènement de l’entreprise incarnée

Nous vous en parlions dans notre dernière cover story, les marques qui ont su tirer leur épingle du jeu durant cette drôle d’année 2020 sont celles qui ont misé sur la personnalisation de leur entreprise. Les consommateurs se montrent désormais plus curieux que jamais sur la genèse des entreprises, l’histoire de leurs fondateurs et les valeurs qu’ils défendent. Les entreprises capables de communiquer de manière transparente, prêtes à reconnaître leurs erreurs quand cela est nécessaire, ont su conquérir et fidéliser les utilisateurs sur les réseaux sociaux. En même temps que nous nous sommes retrouvés isolés, nous avons eu plus que jamais besoin d’humanité et de communication incarnée. Aux Etats-Unis, on annonce la fin du « cold calling » et l’avènement des marques capables de personnaliser leur communication et délivrer un discours cohérent et aligné.

 

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

Une publication partagée par Heimstone (@heimstone)

La santé, au cœur de nos vies

2020 nous aura irrémédiablement démontré la valeur de notre santé. Outre la Covid-19, la pollution environnementale crée même chez certains jeunes l’apparition de nouvelles « pathologies » comme la « sostalgie », une sorte de dépression verte face à l’impression que tout notre monde est souillé. Pour beaucoup, cette éco-anxiété se traduit par une quête de produits plus responsables comme en témoigne le succès d’applis comme Yuka (analyse des produits alimentaires ou cosmétiques) ou encore Clean Beauty (qui analyse uniquement les cosmétiques). Le végan continue aussi son expansion, particulièrement dans le domaine de la beauté, avec de jeunes marques comme Glossier ou Typology dans les cosmétiques, ou encore Lashilé, qui produit des compléments alimentaires haut-de-gamme et végans. Les influenceuses dévoilent désormais des routines de beauté minimalistes, le tout couplé à une alimentation saine et vitaminée. Plus que jamais, la santé est notre bien le plus précieux et nous en sommes les premiers acteurs. Si tu ne peux pas changer le monde, commence par te changer toi-même…

Paulina Jonquères d’Oriola

 

 

 

 

 

0
    0
    Votre panier
    Votre panier est vide