fbpx

Changer de vie : 10 clés pour réussir

changer, changement, métier, pascual sylvaine,
Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email

Les Français sont de plus en plus nombreux à vouloir changer de vie. Mais pour bien opérer ce virage, encore faut-il s’interroger en profondeur, comme nous l’explique Sylvaine Pascual, fondatrice d’Ithaque coaching.

1/ N’attendez pas d’en avoir ras-le-bol

Par excès de réalisme, vous vous dîtes peut-être que l’herbe n’est pas plus verte ailleurs, reléguant au placard les pulsions de changement qui vous animent, sans y regarder de plus près. Erreur ! Pour la coach Sylvaine Pascual, « il faut s’interroger sur ce besoin de changement dès que l’envie émerge. C’est cette envie qui indique que c’est le bon moment. N’attendez pas d’en avoir ras-le-bol pour réfléchir. La réflexion prend du temps, et elle vous permettra de voir si cette envie tient dans la durée », nous explique-t-elle.

On ne change pas en un claquement de doigt, alors, amorcez sans crainte cette phase d’introspection. Et puis, peut-être vous rendrez-vous compte que seul un changement minime suffira à combler vos attentes. L’important aura été d’aller au bout de votre réflexion.

Mini Guide Leader

2/ Changer oui, mais changer quoi ?

Marre de cet immeuble gris, marre de son conjoint, marre de votre job de cadre… Ok, vous êtes lasse, mais la première question à vous poser est : de quoi avez-vous envie à la place ?

Vous pouvez décider de changer de région, de métier, d’entreprise ! « Tout changement comporte une part de risques, mais aussi une bonne dose de bénéfices et de découvertes. Pour limiter cette prise de risques, il faut absolument réfléchir en amont. Sachez ce que vous ne voulez plus et ce vers quoi vous désirez aller », lance la coach.

3/ Attention à la fuite en avant

Une fois que vous vous êtes questionnée sur le quoi, c’est le moment de vous interroger sur le pourquoi. Quelles sont les raisons qui vous poussent à vouloir changer ? « L’envie est la bonne raison, en revanche, se lancer en freelance parce qu’on ne supporte plus son patron est une mauvaise raison. Certains découvrent après que leur patron… c’est le client, et que ce n’est pas facile à gérer », martèle Sylvaine Pascual. Idem si vous souhaitez changer de boîte !

Prenez garde à ne pas reproduire les mêmes comportements dans votre nouvelle entreprise : il faut d’abord opérer un travail sur votre manière d’être en relation. En clair : les bonnes raisons, c’est plus ce qui vous fait envie que ce que vous cherchez à éviter.

4/ Tentez une immersion dans l’univers qui vous tente

Beaucoup de gens sont déçus car ils n’avaient pas envisagé toutes les dimensions du changement. Changer de région est un gros chamboulement que parfois on sous-estime. Ce n’est pas parce que l’on passe une semaine de vacances formidable dans un coin que l’on s’y plaira à l’année. C’est la même chose pour un changement de métier.

« Je propose à mes clients de faire des immersions de 4 jours dans le métier qui les fait rêver. Juste pour observer. C’est ainsi que l’une de mes clientes qui souhaitait se lancer dans la pâtisserie s’est rendue compte que certes, elle était prête à se lever à 2H30 le matin, mais n’avait pas envisagé la charge physique de ce métier, comme porter de lourds sacs de farine », raconte-t-elle.

Pour éviter -comme elle le nomme- de tomber dans le « syndrome de la chambre d’hôtes », prenez bien le temps de voir comment cela se passe en réalité, sans que cela vous empêche d’imaginer faire les choses autrement que la personne observée.

5/ Sachez très exactement comment vous allez vous y prendre 

Ca y est, vous avez jeté votre dévolu sur un coin de France. Vous savez que la région dans laquelle vous souhaitez vous installer est peu accueillante. Ne vous dîtes pas, ça va être dur, mais plutôt : par quelles activités allez-vous rencontrer du monde ? Après la phase d’immersion dans un travail, demandez-vous ce que vous pouvez faire pour que le métier que vous voulez exercer corresponde réellement à vos attentes et besoins.

6/ Ayez des solutions de rechange 

Quand on angoisse à l’idée de se lancer, c’est que l’on n’a pas encore toutes les informations dont on a besoin pour avoir une réelle liberté d’action. Le bon moment sera donc celui où vous aurez réussi à répondre au quoi, pourquoi, comment. « Répondre à ces trois questions permet de sortir de l’émotion négative. Le quoi chasse la colère, le pourquoi le découragement, et le comment l’inquiétude », souligne Sylvaine Pascual. Le comment vous demandera d’avoir des solutions de rechange pour minimiser l’enjeu. Envisagez donc toutes les possibilités, même en cas d’échec.

7/ Votre famille est-elle prête à vous suivre ?

Jusqu’ici, on ne parle bien entendu que de vous : c’est normal, vous devez vous questionner sur vos aspirations. Mais pour que ce changement devienne effectif, si vous n’êtes pas seule, il est important d’intégrer votre famille dans la réflexion. Si vous vous lancez dans un métier artisanal, avec un salaire moindre à la clef, votre famille est-elle prête à renoncer à un certain niveau de vie ?

Car certes, le retour sur expérience de Sylvaine Pascual montre que ceux qui font un métier qui parle à leurs tripes acceptent sans problème de diminuer leur salaire, mais qu’en est-il des autres ? Si vous ouvrez un restaurant, votre conjoint est-il prêt à accepter vos horaires ? Toutes ces questions méritent d’être posées sur la table, au risque autrement de générer des tensions par la suite.

8 / Inspirez-vous de vos autres réussites pour agir

Changer n’est pas une opération facile. Pour que les choses se passent « de manière plus fluide, appuyez-vous sur ce que vous êtes, vos talents naturels, votre personnalité. Cela vous donne confiance en vous et vous pousse dans vos mécanismes de réussite. Regardez en vous et observez la manière dont vous agissez dans les domaines où vous réussissez. Vous trouverez des processus personnels très utiles pour d’autres changements », affirme la coach.

9/ Ayez une bonne connaissance de vous-même

Pour Sylvaine Pascual, les changements sont trop souvent perçus de manière opérationnelle, et pas suffisamment morale et psychologique. « Pourtant, il est central de se focaliser sur sa personne avant de se focaliser sur son projet. On voit bien dans le cas des reconversions ratées qu’elles sont dues à un défaut de connaissance de soi », souligne-t-elle.

10/ Entretenez votre énergie

Changer, c’est prendre des risques, agir, mener parfois de front deux vies en attendant de s’être définitivement installé dans la nouvelle. Pour réussir tous ces changements, il est donc vital d’entretenir l’énergie. « Changer de région par exemple, est un projet à long terme, face auquel on peut potentiellement s’essouffler. Sachez donc ce qui vous nourrit, vous anime, qui dans votre entourage vous humanise, vous vitalise. Entretenez cette connaissance de vous-même pour tenir », conclut Sylvaine Pascual.

@Paojdo

Et aussi :

>10 trucs qui nous rendent vraiment heureux

>Coaching professionnel : 10 raisons de dire oui !

>Comment concrétiser son ambition ?

 

 

 

0
    0
    Votre panier
    Votre panier est vide