fbpx

Les cascadeuses françaises ont la côte dans l’industrie cinématographique

Les cascadeuses françaises ont la côte dans l'industrie cinématographique
Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email
Reconnues pour leur talent et leur savoir-faire, la demande pour les cascadeuses française ne cesse de croitre. Une aubaine pour cette génération de femmes super-qualifiées...

Elles sont danseuses, acrobates ou professionnelles de parkour… mais toutes ne rêvent que d’une chose : intégrer le prestigieux Campus Univers Cascade (CUC), qui se présente comme la plus grande école de cascadeurs au monde. Elles cherchent à percer dans le cinéma européen et à Hollywood en tant que doublure d’acteur et souhaitent bénéficier des enseignements hors pairs de cette formation unique. 

Valeriane Michelini, ancienne danseuse aspirante cascadeuse fait partie de ces femmes.  “J’ai l’habitude de prospérer dans un monde gracieux et féminin. Et maintenant, je suis dans tout le contraire” se confie t-elle à l’occasion d’un reportage de nos confrères Reuters. 

Près d’un tiers des élèves actuels de l’école sont des femmes

Quels sont les origines de cet engouement ? Depuis quelques années, la demande de super-héroïnes dans l’industrie cinématographique est en hausse. Les franchises de blockbusters pullulent aux Etats-Unis et en Europe. De plus, la croissance des plateformes de streaming en ligne comme Netflix, Amazon Prime et Disney Plus, appelle à une hausse des production – et donc à une augmentation du besoin en cascadeur et cascadeuses ! 

Mini Guide Leader

Et les studios ne s’y trompent pas ! Sitôt diplômées, les jeunes cascadeuses sont bien souvent recrutées par les plus grandes enseignes de production américaines. Si bien qu’il est difficile de garder les talents pour le cinéma français… 

Des hommes pour faire les cascades d’une actrice

Pendant longtemps, les studios ont recruté des cascadeurs portant des perruques à la place de sosies féminins pour exécuter des cascades ou des scènes de doublure. 

Cette demande est donc la preuve d’une évolution des mentalités. Une bonne nouvelle pour une industrie souvent taxée de sexisme. 

 

0
    0
    Votre panier
    Votre panier est vide