fbpx

Etude Deloitte : les femmes encore sous-payées et surchargées

Etude Deloitte : les femmes encore sous-payées et surchargées
Selon le dernier rapport de Deloitte, Women@Work, le temps de travail des femmes a augmenté, tout comme leurs responsabilités domestiques.

Depuis le début de la pandémie, toutes les études s’accordent à dire que le COVID-19 a eu un impact majeur sur le quotidien des femmes et l’inégalité homme-femme. Aux États-Unis par exemple, les données du bureau du travail montrent que la Covid-19 a annulé les gains durement acquis en matière d’emploi féminin au cours des dernières années.

Le chômage féminin dans le pays a augmenté pour atteindre 9,1 % en 2020, contre 3,8 % en 2019. En revanche, le chômage des hommes était beaucoup plus faible, à 8,3 %, et avait baissé par rapport à 3,9 % en 2019.

Burn-out professionnel et surcharge domestique

La nouvelle étude de Deloitte, intitulée “Women@Work“, met en avant les effets dévastateurs et disproportionnés de la pandémie sur la vie et la carrière des femmes. Pendant plusieurs mois, les auteurs ont interrogé 5 000 femmes actives dans 10 pays pour connaître directement leur avis sur l’impact de la pandémie de COVID-19 et l’état de l’égalité des sexes sur leur lieu de travail. 

Globalement, la majorité d’entre elles ont indiqué se sentir plus stressées et découragées depuis le début de la pandémie, car elle  estiment assumer de plus en plus de responsabilités à la maison et dans leur carrière.

Au travail, l’étude suggère que les femmes continuent de faire face à un large éventail de comportements non inclusifs sans bénéficier d’un soutien adéquat de la part de leurs responsables directs et de leurs employeurs en général. Malgré le fait que de nombreux employeurs ont mis en place des politiques et des procédures pour signaler les préjugés et la discrimination, peu d’entre eux ont réussi la pari difficile d’instaurer un climat de confiance assez dense pour permettre aux femmes d’exprimer leurs préoccupations sans craindre des répercussions négatives sur leur carrière.

Quel avenir post-pandémie ? 

Alors que les organisations cherchent à reconstruire leurs lieux de travail, celles qui donnent la priorité à la diversité, à l’équité et à l’inclusion dans leurs politiques et leur culture et qui apportent un soutien concret aux femmes de leur personnel seront plus résistantes aux perturbations futures. En outre, elles poseront les bases nécessaires à la progression des femmes et à l’égalité des sexes sur le lieu de travail.” a notamment déclaré Michele Parmelee, directrice générale adjointe de Deloitte Global et directrice des ressources humaines et des objectifs.

Emma Rouan

0
    0
    Votre panier
    Votre panier est vide