fbpx

Le Canada féminise son commandement militaire

Le Canada féminise son commandement militaire
Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email
Suite à une série d'affaires d'inconduite militaire, le Canada a décidé de la nomination de femmes à des postes de commandement haut placés

Une série de scandales dans les plus hautes sphères militaires

Depuis quelques semaines, Toronto est secoué par une série d’allégations d’inconduite à l’encontre d’officiers supérieurs masculins. L’amiral Art McDonald par exemple, a été contraint de démissionner après seulement six semaines au poste de chef d’état-major de la défense, le plus haut soldat du Canada. Il est notamment la cible d’allégations d’inconduite sexuelle. 

Son prédécesseur, le général Jonathan Vance, avait lui-même fait l’objet d’une enquête à la suite de plaintes pour comportement inapproprié avec deux subordonnées. 

Une femme à la tête des forces armées du Canada 

Après cette série d’allégations d’inconduite à l’encontre d’officiers supérieurs masculins, le Canada a décidé de nommer des femmes à certains de ses postes militaires les plus élevés, dont un poste de responsable de la logistique pour le déploiement du vaccin COVID-19. C’est le brigadier-général Krista Brodie qui prendra désormais ces responsabilités. 

Mini Guide Leader

En mars, le général Mike Rouleau, vice-chef d’état-major de la Défense, a été remplacé par le lieutenant-général Frances Allen, la première femme à occuper ce poste.

La semaine dernière, les forces armées ont annoncé la promotion de trois nouveaux généraux de sexe féminin.

Il s’agit en partie de démontrer que les forces armées canadiennes sont un endroit où les femmes peuvent servir pleinement“, a déclaré David Perry, analyste de la défense au groupe de réflexion Canadian Global Affairs Institute à Reuters, “que, quel que soit votre parcours, vous avez une chance de réussir“.

Une évolution nécessaire

Les données du ministère de la Défense montrent qu’au 7 mai, les femmes ne représentaient que 10 % des hauts gradés de l’armée et de la marine.

Ces nominations interviennent donc dans le cadre d’une stratégie d’expansion de la culture paritaire dans l’armée canadienne. Un pas en avant très important pour une institution souvent accusée d’être très sexiste par les militaires femmes, l’opinion public et les organisations spécialisées. 

Emma Rouan 

0
    0
    Votre panier
    Votre panier est vide