fbpx

La Food Tech : savoureuse alliance entre innovation et alimentation

La Food Tech
Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email

L’alimentaire réinventé par le digital ? Qui l’aurait prédit au pays des toqués de la gastronomie et des étoiles Michelin ? Pourtant la Food Tech tendance apparue aux USA, alimente toutes les conversations et met la France en e-bullition. Décryptage d’un phénomène qui allie innovation et alimentation.

Qu’est-ce que la FoodTech ?

À l’ère du digital, cette rencontre était presque inéluctable. La FoodTech (néologisme anglo-saxon) se définit comme la savoureuse alliance entre le monde de l’alimentation et les innovations technologiques. Avec l’avènement d’internet, des réseaux sociaux et à l’utilisation massive des smartphones, ce nouveau type de commerce converge vers une transformation des usages. Au menu de cet écosystème on retrouve entrepreneurs, startups, acteurs industriels, chercheurs, à la croisée de la filière numérique et des filières agricoles.

En somme, c’est toute la chaîne de valeur alimentaire, de la fourche à l’assiette, en passant par la production, le transport, la transformation, la distribution, la consommation et le recyclage, qui voit son secteur transformé par l’innovation. Un big bang culinaire qui aiguise les appétits d’entreprendre autour de start-ups notamment. Leur mantra : offrir aux inféodés de la malbouffe, la possibilité de manger plus sain, lever des contraintes rencontrées comme le temps, la lassitude ou le manque d’originalité pour créer des repas, partir à la découverte de nouveaux produits et aller à la rencontre des professionnels.

Mini Guide Leader

Success food

La tendance a émergé aux États-Unis et connaît actuellement une émergence massive en Europe. La France encore un peu timide, commence doucement à structurer un secteur en expansion. Tous les ingrédients pour faire de notre pays un véritable acteur mondial du marché de la FoodTech sont là soutient Xavier Boidevézi (Président de l’association FoodTech Dijon Bourgogne Franche-Comté et secrétaire national du réseau FoodTech). « La France est un champion de l’alimentation et rayonne au niveau mondial. Notre patrimoine gastronomique, agricole et nos connaissances dans le secteur culinaire sont de sérieux atouts et notre pays a un rôle éthique mais aussi philosophique à jouer. C’est précisément sur ses aspects que nous pouvons sortir notre épingle du jeu », harangue-t-il.

Là où de grands groupes américains pourraient nous concurrencer notamment dans le domaine de l’intelligence artificielle, ce ponte de la food répond : « l’alimentation doit se localiser. Il ne suffit pas de sortir un produit au niveau mondial, il faut avoir des connaissances pointues tant au niveau culturel mais aussi connaître les traditions de chaque pays. »

Depuis un an, la prise de conscience est réelle et l’ambition dévorante tant pour les entreprises, que pour les investisseurs avec d’importants tours de table et de plus en plus de licornes (start-up non cotée en bourse, valorisée à plus d’un milliard de dollars en moins de dix ans d’existence). « Tout l’enjeu du réseau FoodTech est de faire en sorte que les startups d’aujourd’hui soit au CAC 40 demain, mais aussi que les grands groupes qui sont au CAC 40 aujourd’hui, le reste demain. Notre ambition est de fédérer, d’accélérer et de faire rayonner la FoodTech » déclare Xavier Boidevézi.

La FoodTech n’est plus une tendance à suivre mais gagne bel bien ses jalons dans le secteur de l’alimentaire. Internet remplit ici une mission fédératrice : celle de rassembler et de réduire les distances et les intermédiaires. Dans ces systèmes, tout le monde y trouve son compte : du plus petit producteur en passant par les restaurateurs et les adaptes de gastronomie et de voyage.

Une classification en 6 catégories

L’étude de DigitalFoodLab propose une grille de lecture de l’écosystème actuel et distingue six grandes catégories dans le secteur :  

  • Ag Tech : l’agriculture de demain

Il faut ici distinguer l’agriculture de précision (avec des drones par exemple pour le micro-épandage), l’agriculture urbaine pour rapprocher la production des habitants des villes, et les nouveaux produits alimentaires (insectes notamment) de substitution à l’alimentation classique.

  • La Food Science : la (ré)volution dans les assiettes

La food science porte sur les produits transformés que l’on trouvera demain dans nos assiettes allant des innovations de marché jusqu’à l’utilisation d’ingrédients ou de produits révolutionnaires.

  • Le Food Service : la restauration de demain

La restauration a été l’un des premiers impactés par le numérique avec la vague des services permettant la réservation de restaurants (La Fourchette) et les plateformes de couponing. De nouveaux acteurs émergent, notamment dans les services à destination des restaurateurs avec par exemple FoodMeUp pour la gestion des recettes et des stocks, TraQ’Food pour la gestion des produits périssables.

Par ailleurs, l’expérience de la restauration est repensée en profondeur par de nouveaux acteurs qui transfèrent le cuisinier du restaurant à votre domicile, que ce soit pour une offre de chef à la maison comme celle de La Belle Assiette ou dans un logique de voyage et de découverte chez des hôtes avec Viz’Eat.

  • La Livraison et le Retail : répondant aux défis du e-commerce alimentaire

Avec l’essor des offres de livraisons à domicile (menus de restaurant mais aussi panier repas, menus diététiques, production agricole de proximité) qui se sont généralisées, la livraison de repas à domicile a bon appétit et les levées fonds dans le secteur font les beaux jours de sociétés comme : Deliveroo et Foodora ou encore UberEats. Il y’en a pour tous les goûts et des startups comme Comuneat vous propose une sélection de cuisiniers amateurs dont vous pouvez vous faire livrer les plats quand Frichti se fait le chantre d’une cuisine saine et « fait maison ».

La livraison de courses à domicile n’est pas en reste, même si les acteurs traditionnels de la grande distribution ont peine à convaincre les consommateurs. De nouveaux entrants bousculent le marché, notamment Amazon Fresh, mais aussi InstaCart avec la promesse que quelqu’un d’autre va aller faire vos courses pour vous et vous les apporter dans l’heure. Dans la logique de rapprocher le producteur et le consommateur, des startups se posent en intermédiaires ou en organisateurs de rencontres comme la Ruche qui dit Oui.

Le service des box est un bon moyen de repenser son alimention en comptant sur une livraison d’ingrédiant sélectionnés par des experts. Le vin, le thé, le café et la découverte de produits du monde sont parmi les thèmes les plus abordés.

Le retail concerne quant à lui les startups innovant dans le secteur de la distribution alimentaire, de l’intégration du digital dans la supply chain jusqu’à l’amélioration de l’expérience client en magasins.

  • Le Coaching et l’utilisation des données : les enjeux de l’information produit 

L’accumulation des données (big data) sur les productions d’un côté, les habitudes de consommation de l’autre, a donné naissance à de nouveaux services d’accompagnement (ce que je dois manger, ce que je dois acheter, etc). Ces services ciblent le client final et l’aident à avoir une meilleure vision de ses achats et de son alimentation afin d’atteindre des objectifs personnels.

  • Media : les nouveaux modes de consommation du contenu culinaire et nutritionnel  

Enfin, DigitalFood inclut dans sa liste les nouveaux médias culinaires et nutritionnels qui continuent de se réinventer tant par le fond, que par la forme : tutoriels de recette, snack content. À l’opposé de cette logique de divertissement par le contenu, on remarque une autre tendance, celle de la recherche d’information de qualité sur les produits alimentaires et sur l’alimentation en général.

La Food tech fait salon

Le réseau thématique FoodTech se veut fédérateur lors d’évènements liés au secteur. On peut citer ainsi le salon Food Use Tech qui est l’événement incontournable dédié aux usages du digital et des nouvelles technologies dans l’alimentation. Mais aussi : SIAL Paris (le rendez-vous mondial de l’innovation alimentaire). Future Food Tech se qualifie comme le sommet international se tenant, chaque année, à Londres, San Francisco et New York. Il se veut surtout le lieu de rencontre des professionnels de l’alimentaire et de start-up proposant nouveaux produits et solutions. Le M.A.D.E quant lui est le lieu où se pensent, s’imaginent, s’inventent les produits alimentaires de demain.

Par Stéphanie Laskar-Reich

0
    0
    Votre panier
    Votre panier est vide