fbpx

Confinement et déconfinement dans la tête d’un enfant

enfant, déconfinement, confinement,
Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email

Business O Féminin a reçu, lors du webinaire du 11 mai, le médecin psychiatre Anne Raynaud. Spécialisée dans la périnatalité et dans la petite enfance, l’auteur de La Sécurité émotionnelle de l’enfant a mis en exergue la manière dont les enfants ont vécu le confinement.

Trouver un équilibre face à l’inédit 

Si dans les 15 premiers jours du confinement, les parents se sont retrouvés sidérés et figés face à une situation totalement inédite, il a été nécessaire de « trouver un nouvel équilibre » et de « se réorganiser » explique la directrice et fondatrice de l’Institut de la Parentalité. La prise en compte de la singularité du contexte est clé. En effet, « l’enfant très sensible à la nature de son environnement » rappelle Dr Anne Raynaud.  En étant transparent, il s’agit d’expliquer à l’enfant que l’on va cheminer avec lui. Ce dernier a besoin de repères visuels. Aussi, le médecin conseille de créer avec lui un petit calendrier. Il verra, ainsi, se dessiner la semaine de façon plus cohérente. 

Donner du sens

L’enfant est capable de s’ajuster « si on donne du sens à l’évènement » décrypte Dr Anne Raynaud. Cela peut se faire par les jeux pour les plus petits. Pour les enfants de 8/10 ans, il s’agit de « faire confiance » et de « partager ensemble ce qui est vécu » en expliquant et en apprivoisant la situation. Les parents peuvent ainsi inviter les enfants à présenter un spectacle ou un exposé sur un sujet, suggère le médecin. L’écran s’assimile alors à « un accès à la culture ». 

Mini Guide Leader

Le parent comme porte-avion

Evoquant « les figures d’attachement », Dr Anne Raynaud met en exergue « les porte-avions » que sont les parents. Elle explique : « lorsque l’avion – l’enfant – se trouve en danger, il se pose sur le porte-avion ». Il s’agit, dès lors, de « préserver une certaine forme de sécurité pour les enfants ». Le médecin souligne que « le déconfinement est la source d’encore plus d’anxiété ». Aussi, expliquer à l’enfant que des processus sont mis en place pour le protéger est important.  

Ressentir une sécurité émotionnelle 

« Tout être humain a besoin de percevoir et de ressentir une sécurité émotionnelle. Quand elle n’est pas présente, c’est éprouvant. » souligne Dr Anne Raynaud. En ce temps de confinement et de déconfinement, l’insécurité de l’enfant est « tant intérieure qu’extérieure ». Vivant dans le moment présent, il a la capacité de « partager ce qu’il ressent » explique-t-elle suggérant de lui laisser de l’espace et de la disponibilité dans nos agendas. Faire une cabane avec des coussins ou bien lire une histoire. L’enfant s’exprime, ainsi, « en résonnance avec l’émotion du personnage ». 

Rencontrer la peur 

« La peur fait partie de notre mode de survie. Elle a du sens ». Le médecin psychiatre considère que pour dépasser sa peur, « il faut la rencontrer ». Elle propose de créer un « dé des émotions ». Sur la face du dé sortie, un événement qui a eu lieu avec l’émotion en question est évoqué.  Il s’agit d’expliquer que « la peur fait partie de la trousse à outils ». Aussi, des stratégies sont mises en place pour vivre avec elle et la transformer. 

Une trajectoire 

La responsabilité parentale consiste à préparer les enfants à « avoir les ressources pour faire face à l’existence » note Dr Anne Raynaud pour qui « un obstacle n’et pas une fin en soi. C’est une trajectoire développementale ». Aussi, il s’agit de transformer « positivement » et rappeler que la vie est faite d’expériences. Le médecin invite à vivre ce temps du confinement et du déconfinement comme « une expérience de vie ». 

Mathilde Aubinaud  


Nous vous mettons à disposition le replay audio de la visioconférence du lundi 11 mai : Confinement/déconfinement comment les enfants traversent-ils cette étape de vie avec Anne Raynaud, Médecin psychiatre, spécialisée dans le domaine de la périnatalité et de la petite enfance :


La Sécurité émotionnelle de l’enfant, Dr Anne Raynaud, éditions Marabout, 2019.

Par Mathilde Aubinaud

0
    0
    Votre panier
    Votre panier est vide