fbpx

Comment faire de l’hypersensibilité une force durant son parcours professionnel ?

hypersentibilité
Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email

Savoir reconnaître son hypersensibilité pour l’accepter et en faire, chaque jour, une force plutôt qu’une ennemie. C’est tout le propos de Aurore Monard, auteure du livre « Travailler autrement avec l’hypersensibilité »*. Journaliste et coach, elle est concernée directement par le sujet et confie que son « trait hypersensible a toujours conduit sa vie. » Or, l’hypersensible, avec son instinct aiguisé et sa grande capacité d’empathie, peut se révéler un grand atout pour l’entreprise. Explications.

En quelques mots, quelle serait votre définition de l’hypersensibilité ?

C’est un trait de naissance. La capacité à ressentir plus fortement les stimuli environnants. Des choses banales pour d’autres pourront être perçues par une personne ultrasensible de façon très tangible. Suivant les personnes, il peut s’agir d’odeurs, de bruits, de sensations corporelles. Ou encore, de perceptions subtiles l’amenant à appréhender sans qu’aucun mot ne soit prononcé l’humeur de quelqu’un, l’ambiance, le ressenti d’une autre personne.

Dans votre livre, vous expliquez que pour faire de son hypersensibilité un atout, encore faut-il en avoir conscience. Comment découvre-t-on son hypersensibilité ?

Chaque chemin est différent. Certains se rendent compte jeunes qu’ils ont des réactions plus virulentes face à l’injustice. D’autres la découvrent plus tard, à travers un livre. Pour certains parents, c’est l’attitude de leurs enfants qui leur révèle leur propre hypersensibilité… Il n’y a pas de règle.

Mini Guide Leader

Quels sont les traits communs aux hypersensibles ?

Comme on les pointent souvent du doigt à cause de leurs vives réactions, les hypersensibles ont rarement confiance en eux. Ils devront parfois faire un long chemin avant de comprendre et accepter qu’ils fonctionnent simplement différemment des autres. Mais qu’à l’intérieur de ce mode de fonctionnement particulier se trouve un vrai trésor ! Les notions de congruence (entre la parole et l’acte), d’empathie envers autrui, de sens (ce que je fais doit être sous-tendu par une raison que je pense juste), et de valeur sont souvent au cœur de la vie de ces personnes.

Vous dites que l’hypersensibilité peut être un atout pour la personne, et même pour l’entreprise qui l’embauche. Pourquoi ?

Comme il perçoit de manière amplifiée certains stimuli, l’hypersensible prend en compte des détails que d’autres ne voient pas. Cela le pousse à avoir une vue globale plus fine des situations rencontrées. Très intuitif, il arrive par le biais de son ressenti à anticiper souvent de façon assez juste ce que pourrait devenir une situation.

Cette personne se met aussi souvent à la place des autres ?

Oui, son empathie souvent hors norme le conduit à être un bon médiateur, au sein de réunions par exemple. Il peut également exceller dans l’art de la négociation. Alain, le commercial que je cite dans mon livre en est un parfait exemple. Son trait lui permet de devancer certaines attentes de ses clients, avant même que ces derniers ne les lui demandent ! Au poste de recruteur, ses capacités innées à se mettre en lien et à décrypter les émotions des autres sont des atouts incontestables pour former une équipe aux forces équilibrées. Pour finir (et ne citer que ceux-là), les managers disposant de ce trait ou le comprenant permettent une meilleure cohésion de groupe. Ils instaurent un dialogue « vrai » et en prennent en compte la personne dans sa globalité. Bérénice, manager, explique dans Travailler autrement avec l’hypersensibilité qu’on ne peut être une personne à l’extérieur de l’entreprise et quelqu’un d’autre à son poste de travail. Ce refus de porter un masque (au sens figuré) se retrouve dans l’aspect humain de ce type de management. Le salarié se sent respecté pour l’ensemble de ce qu’il est. Cette nouvelle manière de manager amène, in fine, à mobiliser l’équipe pour qu’elle donne le meilleur d’elle-même, et conduit à d’excellents résultats.
Encore trop souvent, l’hypersensibilité est perçue pour ce qu’elle n’est pas au sein des entreprises : une particularité qui stigmatise. Il est grand temps de mettre fin aux clichés ! Les hypersensibles par leur regard singulier, ramènent – si on les laisse être ce qu’ils sont – un élan humain au sein des organisations. Au vu des nombreux cas de burn-out, et de suicides liés au travail ces dernières années, il me semble important de réinterroger la place que nous accordons au sensible, de manière plus globale. Cette question touche tout le monde, non un public spécifique. C’est aussi l’un des objets de mon ouvrage.

Quelles sont les qualités que possède et peut développer une cheffe d’entreprise qui serait hypersensible ?

Une cheffe d’entreprise qui possède ce trait peut aisément comprendre que chaque personne déploie son plus grand potentiel quand il a les conditions pour le faire. Elle peut donc par exemple instaurer un dialogue plus approfondi avec chaque échelon pour percevoir le fonctionnement spécifique de chaque unité, évaluer, et décider d’aménagements qui s’imposent. Cela permet à l’employé de travailler dans les meilleures conditions, et influe incontestablement sur les bénéfices de l’entreprise. Aurélien que je cite dans mon ouvrage, fait partie de ces directeurs qui appliquent déjà cela au sein de sa structure.
Très consciente de « faire partie d’un tout », la cheffe d’entreprise hypersensible aura souvent tendance à prendre davantage en considération l’impact de ce qu’elle produit sur l’environnement, le monde. Cette qualité permet de créer des produits et services bénéficiant réellement au collectif, au-delà de l’aspect financier. Par ce geste, elle peut contribuer à rétablir quelque chose que nous avons perdu au fil du temps : produire des choses qui ont du sens et servent le vivant dans son ensemble. C’est en ce sens qu’en termes de leadership, les cheffes d’entreprises hypersensibles peuvent faire une réelle différence.
En tenant compte au sein de leur structure de l’importance du lien entre les hommes et de l’impact réel de ce qu’elle produit sur la planète, elle peut contribuer à faire évoluer la sphère du travail vers quelque chose de plus vertueux et congruent pour tous.

Quelles précautions mettre en place au travail quand on est hypersensible pour ne pas en souffrir ?

Accepter pleinement son hypersensibilité est la clé. Quand ce pas est fait, l’hypersensible découvre bien souvent dans le qu’elle peut être avant tout une de sources d’inspiration. Et non plus une entrave à son développement. Le changement de regard sur son trait est crucial. Prendre le temps de repos adéquat face aux stimuli rencontrés dans la journée, sans culpabilité. Ainsi, si l’hypersensible reçoit plus fortement les stimuli que les autres, il en fait également un traitement plus méticuleux. Il a donc naturellement besoin d’un temps de récupération proportionnel à cette « surdose » d’informations reçus, pour redevenir pleinement efficient.

D’autant plus que l’hypersensible, ne se ménage pas !

Il est donc essentiel aussi de savoir poser ses limites. Entière, la personne hypersensible quand elle est convaincue du bien-fondé de la tâche qu’elle accomplit peut tout donner ; sans relâche, pendant des heures, des jours ! Cela fait d’elle une personne dotée d’une très grande capacité de travail. Néanmoins, elle aura souvent du mal à mettre des limites, conduisant certaines personnes peu scrupuleuses à en profiter, l’amenant parfois à l’épuisement. S’écouter, savoir jauger ce qu’il est possible de faire ou pas, voire reporter. Ce sont des points importants à garder en tête pour ne pas tomber dans le surmenage.
Pour finir, la capacité d’empathie des personnes hypersensibles est grande et les aide souvent à s’adapter à une atmosphère ambiante ou à comprendre des points de vue très divergents des siens. Mais la vigilance est de mise pour ne pas « se perdre dans l’autre ». Là aussi, faire la différence entre ce qui nous appartient et ce qui appartient à l’autre est fondamental.

Travailler autrement avec l’hypersensibilité, Aurore Monard, Editions Alisio

 

Vanina Denizot

0
    0
    Votre panier
    Votre panier est vide