fbpx

5 militantes noires à suivre d’urgence

suivre, instagram, réseaux, militante,
Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email

Parce qu’à la lumière des récents événements aux EU écouter les voix des femmes noires est une nécessité, parce que s’éduquer sur le sujet du racisme systémique est un devoir et que féminisme et antiracisme sont des luttes encore bien loin d‘avoir trouvé la paix, voici 5 femmes militantes noires, écrivaines, YouTubeuses, à suivre sur les réseaux sociaux pour mieux comprendre, mieux écouter et mieux aider.

Cindy Bruna

Mannequin aux racines congolaises, Cindy Bruna est un visage incontournable de la mode et s’est illustrée comme pionnière de la lutte pour l’égalité des chances pour les femmes noires dans l’industrie de la mode. Epuisée de voir que sur les défilés les mannequins noires devaient coiffer elles-mêmes leurs cheveux faute de professionnels sachant travailler avec des cheveux afro, Cindy a décidé de devenir leur voix et de dénoncer le racisme systémique du milieu de la mode. Elle a d’ailleurs fait partie des tous premiers mannequins à défiler avec ses cheveux au naturel.

Femme engagée sur tous les fronts Cindy Bruna est également depuis 2018 militante pour l’association française Solidarité Femmes qui vient en aide aux femmes victimes de violences conjugales.

Mini Guide Leadership
https://www.instagram.com/p/B2SJzGfCgjx/?utm_source=ig_web_copy_link

Assa Traoré

Sœur d’Adama Traoré, décédé après avoir été interpellé par la Police, Assa Traoré est encore éducatrice spécialisée lorsqu’elle apprend la mort de son frère en 2016. Elle fonde alors le “Comité vérité et justice pour Adama”. Mais au-delà de sa lutte pour connaitre la vérité sur le décès de son frère, Assa, à travers le Comité Adama, cherche à mettre en lumière la réalité de la difficulté de la vie dans les quartiers, les violences policières – elle aborde notamment ce combat dans “Lettre à Adama” un ouvrage co-écrit avec la journaliste Elsa Vigoureux – et le racisme systémique.

Après la mort de Georges Floyd aux Etats-Unis, Assa Traoré organise une manifestation devant le tribunal de Paris, réunissant 80 000 personnes.

https://www.instagram.com/p/CBWjCK5Io6G/?utm_source=ig_web_copy_link

Vanessa Nakate

La jeune ougandaise Vanessa Nakate, fondatrice du Rise Up Movement est une militante pour le climat influencée par le combat de la très médiatisée Greta Thunberg. On la découvre notamment au mois de septembre 2019 lorsqu’elle manifeste, seule, pour le climat dans son pays où les grèves et les manifestations sont illégales. Mais le triste moment où la presse s’est particulièrement intéressée à Vanessa Nakate, c’est lorsqu’elle a participé à une conférence de presse aux côtés de quatre autres activistes, Greta Thunberg, Loukina Tille, Luisa Neubauer et Isabelle Axelsson et s’est retrouvée tout bonnement exclue du cadre d’une photo prise ce jour-là par un journaliste d’Associated Press.

Dans une vidéo postée sur Twitter elle s’exprime alors : “L’Afrique est le dernier émetteur de gaz à effet de serre. Mais nous sommes les plus touchés par la crise climatique. Le fait que vous effaciez nos voix ne changera rien. Que vous effaciez notre histoire ne changera rien. Cela veut-il dire que je n’ai pas de valeur en tant qu’activiste africaine ? Ou que les Africains n’ont aucune valeur ?“. Si la photo a ensuite été remise dans son format original, dans la légende apparaissait le nom de l’activiste zambienne Natasha Mwansa au lieu de celui de Vanessa Nakate… Lors de sa prise de parole en vidéo, Vanessa ajoute : “Mon message pour l’AP est que les activistes africains et les personnes de couleur ont besoin d’être respectés. Mais c’est valable pour tous les médias car personne ne s’élève contre ce genre de pratique“. Sally Buzzbee, à la tête du service news d’AP s’est alors excusée sur Twitter auprès de Vanessa ajoutant qu’AP ferait en sorte “de travailler dur et de tirer une leçon de cette histoire“. Quant à Gary Pruit président et CEO d’AP il a déclaré qu’il s’agissait “de quelque chose de bien plus grave que d’une simple erreur sur une photo” les valeurs d’AP étant de “couvrir l’information du monde entier – pas du monde blanc.

Depuis, Vanessa Nakate est régulièrement sollicitée par les médias, notamment ougandais, qui lui permettent enfin de véhiculer son message.

https://twitter.com/vanessa_vash/status/1264959982447005703?s=20

Keyhole & Snapshots

Sur YouTube, le meilleur comme le pire se côtoient et au beau milieu de cette profusion de contenu inégal, on découvre çà et là de vraies perles et Keyholes & Snapshot en fait partie. Cette globetrotteuse vidéaste part d’un format répandu sur YouTube, le vlog voyage, en y intégrant son expérience de femme noire. Avec “Voyager (et être noire)” elle aborde le racisme et les discriminations auxquelles elle fait face lors de ses escapades un peu partout dans le monde et c’est avec beaucoup de pédagogie qu’elle parle appropriation culturelle, négrophilie, négrophobie dans sa playlist “Afroféminisme”. Une jeune femme à suivre de toute urgence, donc !

https://www.youtube.com/watch?v=djoKl7Wxwo8&list=PLE9BSkSwwuQEwnGZckZYJKXNBSRJb_W3f&index=5&t=0s

Laura Nsafou

Auteure de romans et de livres pour enfants, vous connaissez peut-être Laura Nsafou sous le pseudonyme de Mrs Roots quelle porte sur Twitter et qui est aussi le nom de son blog afroféministe. Enfant, les héroïnes qu’elles s’imaginaient étaient blanches, faute de trouver dans la littérature enfantine des modèles noirs. Alors lorsque l’occasion s’est présentée d’écrire un album pour enfants à partir d’une citation de Toni Morisson « Ses cheveux, semblables à un million de papillons noirs endormis sur sa tête », elle saute sur l’occasion et raconte l’histoire d’Adé, fillette noire moquée par ses camarades à cause de ses cheveux crépus qu’elle finit par apprendre à aimer. Féministe afropéenne elle a à cœur d’offrir une alternative au male gaze et white gaze (le point de vue artistique des hommes et des blancs) et a su toucher de nombreuses femmes en abordant le plaisir féminin loin de l’imaginaire masculin dans son roman “À mains nues” qui raconte l’histoire de Sibylle Suédoise noire d’origine somalienne souffrant d’haptophobie (la peur de toucher et d’être touchée).

https://www.instagram.com/p/B_efGlJDKL0/?utm_source=ig_web_copy_link
0
    0
    Votre panier
    Votre panier est vide
    Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore

    Accélérez votre carrière

    Découvrez tout notre contenu

    ACADEMY

    PODCAST

    Audio Programmes

    nouveau

    Le Mini Guide de la communication au Féminin

    Le "Must Have" pour devenir une meilleure LEADER !