fbpx

Comment recruter la bonne équipe ?

recruter la bonne équipe
Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email

Recruter la bonne équipe, pour être certaine de ne pas vous tromper dans cette étape cruciale, suivez les conseils de Stéphanie Delestre, fondatrice de Qapa.fr et auteure de Recruter ses premiers salariés (éd. Dunod).

Conseil n°1 : Etes-vous vraiment prête à recruter ?

Voilà la première des questions à vous poser ! « Certains patrons pensent que s’ils ne recrutent pas, ils ne se développent pas. Mais c’est une mauvaise raison pour recruter », explique Stéphanie Delestre. Recruter requière du temps : il faut déjà trouver le bon candidat, puis durant les trois premiers mois, échanger régulièrement avec lui. Même le meilleur des experts ne sera pas opérationnel directement et aura d’abord besoin de comprendre le marché dans lequel il évolue. Et bien entendu, recruter requière aussi de l’argent : bien sûr, il y a le salaire, les charges professionnelles, sociales, mais il y a aussi l’ordinateur, l’abonnement téléphonique, la voiture si besoin… « Souvent les patrons ne voient qu’un bout du montant global », note la CEO de Qapa.fr, site de recrutement en ligne.

Conseil n°2 : Identifiez bien vos besoins

En fonction des secteurs, ces besoins vont être très différents. Certains vont avoir besoin d’un ingénieur pour concevoir un nouveau produit, d’autres d’un commercial. Mais attention à ne pas mettre la charrue avant les bœufs ! « C’est une erreur que j’ai moi-même commise : il ne faut pas recruter les commerciaux trop tôt. Il faut d’abord que le produit soit abouti, qu’il ait rencontré son marché et se soit confronté au retour des clients. Le patron ne doit pas oublier qu’il est avant tout le meilleur vendeur de sa boîte ! », avertit Stéphanie Delestre.

Mini Guide Leader

Conseil n°3 : Fixez un salaire à la hauteur de vos attentes

En même temps que vous validez le recrutement, vous validez aussi à quel besoin ce dernier va répondre en fonction des objectifs de développement de la société. Sur ce point, ne commettez pas l’erreur de certains qui demandent le candidat parfait, sans s’en donner les moyens. « Vous ne pouvez pas imaginer recruter un commercial parlant anglais et chinois dans l’aéronautique en le payant 2000 euros par mois ! », lance la spécialiste.

Pour avoir les meilleurs, il faut que votre offre colle au marché. Pour cela, n’hésitez pas à aller voir les salaires que proposent les entreprises de votre secteur. Si vous ne pouvez pas offrir un salaire à la hauteur de vos attentes, mieux vaut retarder ce recrutement car employer quelqu’un cela suppose un vrai coût, surtout si on ne le garde pas à l’issue de sa période d’essai, et n’est pas du meilleur effet pour les clients de l’entreprise.

Conseil n°4 : Soyez précise dans votre offre d’emploi

Il arrive souvent que l’on retrouve des généralités dans les offres d’emploi, du type « nous recherchons un candidat dynamique et autonome ». Ce n’est pas la bonne stratégie car tout le monde peut se retrouver dans cette description. Non, il faut que votre offre soit précise, vous gagnerez du temps, et le potentiel candidat n’en perdra pas non plus. « Les recruteurs aiment les CV chiffrés, et bien il en va de même pour les offres, elles doivent donner des objectifs chiffrés, des informations sur le secteur géographique etc… Aussi, prenez le temps de vendre votre entreprise, même si elle est de petite taille, elle a forcément des atouts. Une offre ne doit donc pas être qu’un simple listing de compétences requises », avance Stéphanie Delestre.

Conseil n°5 : Diffusez votre annonce au bon endroit

Aujourd’hui, le recrutement passe principalement par les plateformes numériques, à l’instar de Monster. Pour Stéphanie Delestre, payer pour diffuser une offre d’emploi ne sert à rien. Mieux vaut selon elle utiliser un site gratuit. Sur Qapa.fr, les recruteurs ne paient que 2€ pour obtenir les coordonnées des candidats qui les intéressent, ces derniers ayant au préalable été sélectionnés par un algorythme de matching entre les CV et l’offre de poste. Quant aux réseaux sociaux professionnels, ils sont une formidable vitrine de beaux profils. « Le problème est que la plupart des profils sont passifs, les gens s’en servent pour trouver de nouveaux clients, travailler leur network, mais ne sont pas forcément en recherche, ce qui peut induire une perte de temps », estime Stéphanie Delestre.

Conseil n°6 : Laissez parler le candidat pendant l’entretien

Vous voilà au moment crucial de l’entretien. Ayez bien une chose en tête, vous devez être autant investi que le candidat pendant ce moment : n’arrivez pas en retard, ne consultez pas son CV comme si c’était la première fois que vous le parcouriez. N’oubliez pas que vous-aussi devez séduire. Malgré tout, un entretien idéal octroie environ 80% du temps de parole au candidat. S’il a des questions, répondez-lui, mais vous êtes avant tout là pour l’écouter. « Mettez-le face à ses contradictions : il peut par exemple dire des choses différentes de ce qu’il a exprimé au téléphone.

Comprenez ses faiblesses, cela ne veut pas dire que vous ne retiendrez pas sa candidature, mais c’est important de pouvoir déceler les décalages possibles entre votre offre et son profil », explique Stéphanie Delestre. N’oubliez pas que la loi contre la discrimination à l’embauche vous interdit formellement de poser des questions personnelles. Ces questions doivent être directement en lien avec le poste.

Conseil n°7 : Evaluez la motivation du candidat

Evaluer la motivation du candidat est primordiale, et sur ce point, certains comportements ne trompent pas ! «  Le candidat qui va vous parler davantage de la carte de transport et de la mutuelle, qui ne va vous poser que peu de questions sur le poste, qui ne va pas dire pourquoi il pense que vous devriez le recruter… ce candidat est un élément qui risque de filer à la première offre plus alléchante. Certaines questions sont légitimes, mais en complément. Si elles prennent trop de place, c’est que cela cache un problème de motivation », estime l’auteure. Dans ces cas-là : next !

Conseil n° 8 : Donnez immédiatement votre réponse aux candidats non retenus

Les recruteurs ne le font pas toujours, mais lorsqu’un profil ne correspond pas et qu’on le sait immédiatement, inutile de faire patienter le candidat. Mieux vaut le remercier et lui signifier qu’il n’est pas retenu à l’issue de l’entretien. « Ce candidat peut toujours être un potentiel client de l’entreprise. Il ne faut pas qu’il garde une mauvaise image de vous alors expliquez-lui pourquoi son profil ne correspond pas, mais pourquoi par exemple il peut être intéressant pour un autre poste », déclare Stéphanie Delestre.

Conseil n°9 : Vérifiez efficacement les références

La loi vous interdit légalement de contacter d’anciens employeurs sans l’accord du candidat. Vous devez donc lui demander des références. “Ces dernières seront forcément légèrement biaisées même s’il est toujours bon que quelqu’un ait quelque chose de positif à dire sur cette personne. Maintenant, posez des questions ouvertes à ces références en leur demandant par exemple en quoi vous pourriez aider le candidat à progresser, ce qui l’amènera à parler de ses faiblesses », affirme la spécialiste. Encore une fois, recruter est un investissement, soyez sûre de choisir la bonne personne.

Conseil n°10 : Faites rapidement une offre

Un peu comme pour les rencarts amoureux, certains recruteurs se disent qu’il est opportun de laisser un peu mijoter le candidat pour éviter qu’il négocie trop durement son salaire. Mauvaise idée ! « Dans certains secteurs comme la grande distribution où l’on manque de bouchers, ou dans la banque où l’on peine à recruter de bons développeurs web, il ne faut pas attendre. Les candidats peuvent recevoir une autre offre, certains recruteurs n’attendant pas plus de deux heures pour rappeler », illustre Stéphanie Delestre. Appelez donc sans tarder le candidat, puis faîtes-lui une proposition écrite pour le rassurer. Sachez que ce type de mail a une valeur juridique de lettre d’embauche.

Dans cette proposition, rappelez bien l’intitulé du poste, la date d’embauche, la proposition de salaire, les avantages et objectifs. Faire ce travail en amont permet de ne pas renégocier lors de la rédaction du contrat de travail. Durant tout le processus, la spécialiste vous invite à intégrer cette citation de Boileau : « Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement, et les mots pour le dire arrivent aisément ».

@Paojdo

>Comment recruter efficacement la génération Y ?

>Réussir son entretien d’embauche en 10 questions

0
    0
    Votre panier
    Votre panier est vide