fbpx

Prix Veuve Clicquot : Sarah Lavoine et Bénédicte de Raphélis Soissan à l’honneur

Prix Veuve Clicquot : Sarah Lavoine et Bénédicte de Raphélis Soissan à l’honneur
Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email

Hier soir, à l’occasion de la 45ème édition de son prix, la Maison Veuve Clicquot a récompensé deux entrepreneures audacieuses.

Prix Veuve Clicquot : Sarah Lavoine et Bénédicte de Raphélis Soissan à l’honneur

« Une très belle récompense tant Veuve Clicquot est une figure inspirante à la fois pour son exigence, mais aussi pour sa capacité à oser casser les codes. » Sarah Lavoine a fait de l’art de vivre un vrai business, primé par les regards experts des membres du jury du Prix Veuve Clicquot. Aux manettes de son entreprise, la Maison Sarah Lavoine, depuis 2002, l’icône parisienne est devenue une référence dans l’univers de l’architecture d’intérieur. En plus de ses boutiques rue Saint Roch et rue du Bac, l’entrepreneure a ouvert fin 2016 un espace de 400m2 : un concept store pensé comme un lieu de vivre, accueillant, inspirant. Cette année, elle a aménagé, pour l’Oréal, quelque 48.000m2. Objectif : que les salariés du groupe se sentent chez eux. « Avec mon équipe, nous essayons de proposer un art de vivre d’excellence mais non élitiste », résume-t-elle.

Mini Guide Entrepreneuriat

Autre créatrice à avoir capté l’attention des membres du jury : Bénédicte de Raphélis Soissan, fondatrice de Clustree. Cette jeune femme remporte le prix Clémentine, récompensant une entrepreneure de moins de 35 ans. Son entreprise, figure de la French Tech, propose, grâce à l’intelligence artificielle, de recommander les profils et CV les mieux adaptés à un poste donné. Une technologie au service du développement des carrières, aveugle aux biais et stéréotypes. La formule fait déjà mouche : elle est utilisée par SNCF, L’Oréal ou le Crédit Agricole. Fondée en 2014, Clustree a levé plus de 12 millions d’euros. « C’est une fierté de recevoir ce prix. Dans l’entrepreneuriat français, Veuve Clicquot symbolise à jamais la première femme d’affaires à succès, » s’est félicitée Bénédicte de Raphélis Soissan.

Pionnière dans le monde des affaires, Madame Clicquot reprend en 1805, à 27 ans, les reines de l’entreprise de son mari, décédé brutalement. Une entreprise qu’elle dirigera 60 ans durant, imprimant durablement sa marque. Elle est notamment à l’origine, en 1818, du premier rosé d’assemblage connu.

@clairebauchart

0
    0
    Votre panier
    Votre panier est vide