fbpx

Comprendre votre hypersensibilité avec Aurélia Monaco, Fondatrice d’Ici & Higher

hypersensibilité
Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email

Si l’on entend de plus en plus parler d’hypersensibilité, le sujet n’est parfois pas compris, soumis aux idées-reçues & de nombreux hypersensibles se sentent en décalage.
Il n’est pas rare que les femmes “découvrent” leur hypersensibilité sur le tard.

Après 7 années en tant qu’avocate fiscaliste puis cadre en mobilité internationale, Aurélia a réalisé qu’elle n’était pas exactement à sa place. Par le fruit d’une longue introspection; thérapies, coaching, soins énergétiques,lectures, retraites… elle quitte son emploi et se dédie à ce qu’elle aime vraiment : accompagner d’autres femmes à exprimer leur nature profonde, leur sensibilité & à voir leur beauté intérieure. Rencontre.

Comment peut-on identifier que l’on est hypersensible ? Quels en sont les signes ?  

Par la capacité naturelle à ressentir, de manière très subtile, les stimuli extérieurs, notamment au travers des 5 sens. Les hypersensibles ont des “capteurs ” qui vont plus loin que la moyenne, et sont sensibles à certaines informations qui peuvent passer inaperçues pour d’autres personnes. 

Mini Guide Leader

Par exemple  : 

• ils sont particulièrement sensibles aux matières des vêtements qu’ils portent (le côté insupportable d’un pull en laine avec une étiquette qui gratte ou, au contraire, le fait d’apprécier la douceur d’un vêtement en lin ou en coton bio)

• ils peuvent être très sensibles à la lumière artificielle, à certaines odeurs, certains aliments

• ils peuvent facilement ressentir les émotions des autres, les énergies des lieux…  

• ils sont souvent très empathiques & se mettre facilement à la place des autres.

D’un point de vue émotionnel, ils vivent leurs émotions – agréables comme désagréables – de manière intense. Attention toutefois :  certains hypersensibles sont parfois coupés de leurs émotions par mécanismes de “protection” qui se sont mis en place, souvent dans l’enfance. Une reconnexion au corps est alors nécessaire.

Ils ont également une pensée en arborescence : une idée qui en amène une autre, puis une autre, puis une autre… c’est un signe de grande créativité, qui est parfois utilisée pour alimenter des scenari catastrophes…

La difficulté à intégrer son hypersensibilité réside notamment dans le fait que la plupart des signes ne sont pas palpables car invisibles, pouvant provoquer un sentiment de décalage.

Cette capacité à ressentir plus fort & subtilement que la moyenne a toujours une part d’ombre & de lumière, ce n’est ni bien, ni mal en soi. Au sein de la société hyposensible dans laquelle nous vivons, cela peut être difficile à vivre, notamment dans des grandes villes. Les hypersensibles se ressourcent principalement dans la nature, apprécie les arts, les discussions profondes, la créativité etc…

Les signes vont dépendre du contexte dans lequel la personne interagit. Dans une société hyposensible, cela peut être un sentiment de décalage, de ne pas se sentir comme tout le monde, d’être heurté par des comportements violents (dans un film, dans la rue) que d’autres personnes ne perçoivent pas, de prendre à coeur certaines remarques, de vouloir “sauver” les autres, de ne pas se sentir à l’aise pour du “small talke,’être fortement connecté à la nature, aux arts, aux animaux, à la spiritualité….

Il est possible de passer le test établi par Elaine Aron qui permet de donner un indicateur sur son hypersensibilité. In fine c’est à la personne de déterminer si elle est ou non hypersensible, éventuellement accompagnée par un spécialiste du sujet.

2/ Quelles sont les conséquences de cette hypersensibilité sur son quotidien au travail notamment ?  

Encore une fois, tout dépend de l’environnement. Au travail, dans un environnement qui ne correspond pas aux besoins des hypersensibles (open space, bruit, manque d’espace, environnement politique, transport en commun), cela peut être très difficile à vivre. 

Selon moi, il y a 3 aspects qui peuvent être difficiles et nécessitent des aménagements :  

environnement de travail : il est important de se créer des sas de décompression (des pauses pour respirer, des balades à la pause déjeuner, laisser du vide dans son agenda …). Je conseille de se  demander si l’on est introverti (se ressource seul), extraverti (se ressource avec les autres), ou ambiverti (un mélange des deux. Identifier ses besoins et les honorer pour avoir assez d’énergie dans la journée est crucial car les hypersensibles, car ills captent plus d’informations que les autres, peuvent vite être épuisés s’ils ne respectent pas leur besoins

le sens : les valeurs des HS sont souvent relatives à la bienveillance, la justice, la collaboration, l’altruisme. Ils n’aiment pas les environnements politiques & “voient” derrière les masques. Il est difficile pour un hypersensible de s’épanouir s’il ne trouve pas de sens dans son activité professionnelle & manque de reconnaissance. Je conseille de s’interroger sur ses valeurs profondes (propre à chacun) et de les comparer à celles incarnées dans le milieu professionnel, de réfléchir à sa vision à moyen / long terme pour identifier ses priorités et faire des choix en conséquence.

l’aspect relationnel : les hypersensibles ont un besoin important de reconnaissance et ont souvent des difficultés à dire non… Je conseille ici d’identifier leur “rôle” de prédilection dans leurs relations (par exemple : “sauveur” ou “victime” dans le triangle de Karpman), et d’apprendre à identifier leur besoin & à les exprimer (notamment via la Communication Non Violente).  Un travail sur l’estime de soi (intégrer sa valeur, accepter son ombre…) est essentiel.

De manière générale les HS ne sont pas faits pour rentrer dans des cases, même s’ils font souvent tout pour s’y conformer par besoin d’être reconnus. De nombreux HS d’épanouissent dans l’entreprenariat mais ce n’est pas la seule voie, ce qui est important pour eux est d’avoir une activité qui a du sens et de sentir qu’ils contribuent.

Comment faire de son hypersensibilité une force ? 

Commencer par l’identifier, pour l’accepter et la remettre au centre de sa vie. Je suis convaincue que les HS ont un rôle précieux à jouer, justement car ils voient ce que certains ne voient pas & sont empreints de bienveillance. Pour remettre son hypersensibilité au centre, il est nécessaire d’identifier ses besoins personnels au niveau physique, émotionnel, corporel, relationnel pour les honorer.

Le plus grand piège est de continuer à se focaliser sur l’extérieur : vouloir faire plaisir, se suradapter, rentrer dans des cases… en faisant cela, l’hypersensible perd son énergie et donc ne peut pas diffuser sa façon de voir le monde. Pour en faire une force, il est nécessaire d’être “égoiste” en honorant ses propres besoins, d’accueillir ses émotions, de faire preuve de bienveillance envers soi & de nourrir son “âme” via des relations /activités ressourçantes. C’est alors beaucoup plus simple d’assumer son hypersensibilité.

On parle beaucoup de la nécessité de développer ses softs skills, l’hypersensibilité n’est-elle pas un atout ? 

C’est clairement un atout car l’hypersensible est par nature empathique, a une volonté de collaboration et aime faire plaisir. Ce sont souvent de bons facilitateurs et sont à l’écoute. Les hypersensibles peuvent être des managers hors pairs, qui sauront voir les qualités de leurs collaborateurs, agissant pour la justice & l’égalité. Ce sont de très bons collaborateurs, qui veulent bien faire leur travail.

Pour cela, les hypersensibles ont besoin d’avoir suffisamment de sécurité intérieure pour oser mettre leur qualité au service de leurs équipes tout en se préservant. Les équipes gagneraient à ce que les hypersensibles puissent transmettre leur empathie naturelle.

Comment se faire aider pour mieux vivre au quotidien ? 

Si l’on vit bien son hypersensibilité, cela n’est pas nécessaire d’être accompagné car ce n’est pas un trouble en soi

Lorsque pense être (que l’on est) hypersensible il est important de se faire accompagner par des spécialistes de l’hypersensibilité : thérapeute, coach… car d’après moi, un professionnel hypersensible est plus à même de comprendre un hypersensible.  Un accompagnement sur la connaissance de soi (drivers, motivation), l’estime de soi & la guérison des blessures émotionnelles aideront. Il est à mon sens essentiel d’intégrer la dimension corporelle (danse, sport, créativité, respiration) dans l’accompagnement, car le mental des hypersensibles est parfois si présent, qu’ils sont totalement coupés de leurs ressentis corporels. L’aspect émotionnel : identifier, nommer, accepter ses émotions est essentiel, notamment pour communiquer ses besoins & faire preuve d’empathie envers soi-même. Je propose pour ma part des soins énergétiques (corps subtils)  car du fait de leur empathie, les hypersensibles peuvent parfois être chargés émotionnellement et énergétiquement. Les soins énergétiques leur permettent de retrouver plus d’énergie.

Je crée régulièrement des accompagnements de groupe dédiés aux hypersensibles, car être connectés avec d’autres hypersensibles permet de se sentir reliés, et donc moins seuls, et permet donc de s’accepter.

 
Véronique Forge-Karibian
 
 
0
    0
    Votre panier
    Votre panier est vide