fbpx

Trouver sa place grâce aux protocoles de Natacha Calestremé

Trouver ma place
Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email
Son livre La clé de votre énergie s’est déjà vendu à près de 200 000 exemplaires et continue de figurer dans les meilleures ventes en France. Natacha Calestrémé, journaliste et auteure, revient avec Trouver ma place également paru aux éditions Albin Michel. Dans ce nouvel ouvrage, elle propose à chacun de se libérer de ses fardeaux émotionnels pour accéder au bonheur sur le plan professionnel et personnel grâce à 22 protocoles issus de rituels chamaniques et de guérisseurs qu’elle a transformés en protocoles. De quoi aller de l’avant ! Entretien.

Le sous-titre de votre livre Trouver ma place est « 22 protocoles pour accéder au bonheur ». Est-il nécessaire de trouver sa place pour être heureux ?

Je pense que c’est indispensable. On peut être globalement épanouie mais si l’on n’est pas reconnue autant que l’on voudrait dans son travail, en société ou en couple, la frustration s’installe. Ce grain de sable qui empêche d’être totalement heureux est souvent en lien avec une question de place dans l’enfance : Quelle attention ont porté nos parents sur nous ? A-t-on été comparée à notre frère ou notre sœur ? Trouver sa place c’est chercher l’origine du problème pour s’en libérer.

Vous avez expérimenté cette quête de la juste place. Pouvez-vous expliquer comment vous avez été amenée à écrire La clé de votre énergie et Trouver ma place ?

Je faisais le métier dont je rêvais, j’étais journaliste spécialisée en environnement et en santé. Je tournais des films pour France 3, France 5… J’écrivais des articles pour des magazines, je gagnais bien ma vie et j’avais retrouvé l’amour après un divorce. Tout allait bien. Tout bascule en 2011 quand les films, les articles et manuscrits que je propose sont refusés. Je me retrouve au chômage puis sans argent. Je le vis très mal. Les épreuves s’accumulent, je perds ma petite sœur d’un AVC, ma meilleure amie des suites d’un harcèlement conjugal. Cette descente aux enfers qui dure autre ans, se poursuit par une double hernie discale. Je suis au bout du rouleau.

Comment vous relevez-vous ? Trouver ma place

J’essaye des thérapies traditionnelles mais rien ne change. Je me souviens alors que j’ai interviewé des chamans, des médiums, des guérisseurs qui m’avaient expliqué comment ils s’étaient relevés d’une grave épreuve. Je mets en pratique leurs rituels et en un mois et demi je me libère de ma double hernie discale sans intervention chirurgicale. Au bout d’un an, tout va mieux, j’ai plus de force et d’énergie qu’avant. Mon mari m’encourage à partager mon expérience dans un livre mais je ne me sens pas légitime. C’est alors que mon entourage se met à me solliciter pour des problèmes de santé, familiaux, professionnels… Je partage avec eux les rituels qui m’ont aidée et ça marche aussi pour eux ! Je réalise qu’un médicament est mis sur le marché dès lors que son efficacité atteint 55%. Là, ça dépasse 90%. Désormais convaincue de l’efficacité de cette pratique, je propose des ateliers pour former ceux qui le souhaitent. J’en fais plus de 800 en trois ans. A ma grande surprise, médecins, psychiatres et psychothérapeutes viennent se former. Certains m’envoient leurs patients… Je suis prête et j’écris La clé de votre énergie qui sort peu avant le confinement. Grâce aux résultats, le bouche-à-oreille fonctionne et 100 000 exemplaires sont vendus jusqu’en juin 2021 avant que les médias n’en fassent le relai. Trouver ma place

Mini Guide Leader

Dans Trouver ma place, vous écrivez que les épreuves se transmettent de génération en génération, phénomène expliqué par l’épigénétique. Cet héritage est un cadeau… empoisonné ? Trouver ma place

Carl Gustav Jung a dit que tant qu’on ne comprend pas le message d’une épreuve, elle se reproduit. Et une épreuve, quelle qu’elle soit, trouve son origine dans notre petite enfance et… dans les épreuves vécues par notre famille avant nous. Ce que l’on appelle un héritage trans-générationnel. Si par exemple on vit de l’injustice dans notre travail… il est possible que notre mère ait vécu de l’injustice elle aussi, mais dans son couple. Peut-être que notre père a vécu de l’injustice en perdant sa mère très jeune ou suite à une faillite. Nous avons hérité de la blessure de nos parents. A partir du moment où l’on considère que cette injustice n’est pas uniquement due à la méchanceté de notre patron mais qu’elle est une réplique d’épreuves anciennes, ça permet de considérer les choses autrement. C’est comme si l’univers mettait sur notre chemin des personnes et des situations qui nous font vivre et revivre cette injustice pour nous donner une chance de nous en libérer un jour. Si l’on est tentée de quitter son travail pour échapper au problème, on ne résout rien. Combien de personnes ont vécu le harcèlement au travail et l’ont retrouvé dans l’emploi suivant ! Se libérer des épreuves héritées de nos parents avec le protocole 6+, change la donne. L’important est d’apprendre à considérer l’épreuve comme une opportunité de se défaire d’un poids émotionnel qui ne nous appartient pas.

Vous dites aussi que c’est l’enfant le plus à même de venir à bout de cette épreuve transgénérationnelle qui en hérite. C’est positif car cela signifie que l’on a les ressources pour y parvenir.

Oui, c’est à la portée de tous. Je me souviens d’une jeune femme qui me disait qu’à chaque fois qu’elle montait un business, ça s’effondrait au bout de presque deux ans pour des raisons externes (ravalement qui cache sa boutique, confinement…). En lisant mon livre, elle a compris qu’elle devait chercher dans la vie de ses parents ou grands-parents, un élément extérieur qui au bout de deux ans avait fait capoter un projet de vie (travail, mariage, naissance). Elle a fait le lien avec le fait que son père avait eu un premier enfant mort à 18 mois suite à la malveillance d’une personne extérieure. Ce décès à 18 mois correspondaient à cette « mort du business au bout de presque deux ans ». Son père se sentait coupable de cette mort comme elle se sentait coupable de n’avoir su garder ses entreprises. Elle a fait un protocole 6+ pour se libérer et libérer son père de cette culpabilité et tout va bien pour elle désormais.

Vous expliquez aussi que dès que l’on vit une épreuve, on perd de l’énergie… Trouver ma place

J’ai essayé de comprendre scientifiquement comment ces rituels chamaniques et médiumniques que j’ai transformés en protocoles, fonctionnaient. Je me suis rapprochée du docteur en biologie et en physique et chercheur sur le cancer, Philippe Bobola qui m’a expliqué que notre corps est constitué de milliards de molécules et que chacune comporte plusieurs atomes. Un atome c’est 0,001% de matière (le noyau) et 99,99% d’énergie et d’information. Notre corps est donc essentiellement constitué d’énergie et d’information. Une épreuve c’est de l’information qui vient bousculer ce qui nous constitue. Notre corps cherche systématiquement à nous protéger en faisant partir un peu de notre énergie pour nous éviter de devenir fou de douleur. Bonne nouvelle, en faisant le protocole 5, on va pouvoir récupérer cette énergie perdue. Médecins et thérapeutes témoignent à ce sujet sur mon site. Trouver ma place

Vous mettez également le doigt sur les personnes qui nous volent notre énergie, qui font de la « vampirisation inconsciente ». De quoi s’agit-il ?

Suite à un choc, les psychiatres disent que l’on est d’abord sidéré (pétrifié). Puis vient la dissociation (on se sent à l’extérieur de soi-même) et la fuite mentale (on est incapable de penser, de parler). Cette fuite mentale, les énergéticiens l’appellent la perte d’âme. L’âme c’est le support de la conscience, de la confiance en soi, de l’estime de soi, de notre énergie vitale et de notre système de pensée. Cette épreuve nous prive de tout ça. Si elle est provoquée de manière répétée par une même personne, il y a vol d’énergie. La personne nous déstabilise pour (inconsciemment) se sentir mieux. La perte de l’un profite à l’autre. C’est pour cela que les psychiatres parlent de vampirisation inconsciente. Et en dehors des collègues, des ex, des frères et sœurs, les premières personnes qui nous ont volé de l’énergie en nous déstabilisant sont… nos parents. Il existe aussi un protocole pour récupérer l’énergie perdue, à faire et à refaire tant que la situation n’est pas résolue. Trouver ma place

Comment utiliser ces protocoles ?

Dès que quelle que chose ou quelqu’un nous chiffonne, demandons-nous comment on le vit en y rattachant une blessure : impuissance, colère, peur, tristesse, trahison, abandon, injustice, culpabilité… Puis cherchons qui avant nous dans notre famille a vécu cette blessure ou une épreuve équivalente (je donne des pistes dans le livre). Si c’est un grand-parent, on fait le protocole 7 pour se libérer de ses fardeaux émotionnels, si c’est un de nos parents, ce sera le 6+. Un chapitre entier est dédié à la sphère professionnelle : retrouver du travail, rebondir après un licenciement, avoir plus de reconnaissance, éviter le burn-out, le harcèlement, faire le métier dont je rêve. Le confinement a modifié les cartes, c’est le moment de faire peau-neuve. Trouver ma place

Dorothée Blancheton

Trouver ma place

Ed. Albin Michel (oct 2021), 20,99 €

0
    0
    Votre panier
    Votre panier est vide