fbpx

Nathalie Gaveau: itinéraire d’une fonceuse

Nathalie Gaveau : itinéraire d'une fonceuse
Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email
« J’ai toujours monté des projets» lance d’emblée Nathalie Gaveau quand on l’interroge sur son goût pour l’entrepreneuriat dans ses bureaux de Notting Hill. Ici, autour d’une vingtaine de personnes, l’une des icônes de la Tech française à Londres construit pas à pas l’aventure Shopcade débutée en 2011.

L’entrepreneuriat : une histoire de passion et de rencontres

La création d’entreprise, elle a cela dans le sang depuis toujours. Tout remonte à ses années d’études à HEC et à cette majeure “Entrepreneur” qui lui fait découvrir de nouveaux possibles car elle le confie : « je ne viens pas d’une famille d’entrepreneurs. » Ses « rôles modèles » sont en revanche, tous des entrepreneurs : Victoria Beckham, Stella Mc Cartney, Richard Branson, Xavier Niel ou encore Jacques-Antoine Grangeon pour ne citer qu’eux. Nathalie Gaveau

Pourtant, après l’école, ce n’est pas vers l’entrepreneuriat qu’elle se tourne immédiatement mais vers la banque d’affaires en intégrant Lazard en Fusions & Acquisitions. La création d’entreprises n’est certes jamais loin puisqu’elle travaille sur des projets impliquant de grosses PME françaises. Elle saute finalement le pas, un an plus tard, lorsque son copain de promo, Pierre Kosciusko-Morizet l’appelle pour travailler avec Pierre Krings sur le concept de Price Minister qui deviendra une des plus belles « success story » françaises revendue en 2010 au groupe japonais Ratuken, 200 millions d’euros. Nathalie Gaveau

L’aventure asiatique

Mais après un peu plus de trois ans, cette amoureuse des challenges a d’autres envies et celle notamment de découvrir l’Asie qui la fascine depuis toujours. Elle profite de la mutation de son mari banquier à Singapour pour s’expatrier elle aussi, « Je n’ai jamais quitté un endroit ou un boulot parce que mon mari me l’a demandé, nous menons nos chemins de manière conjointe. » précise t-elle. Là bas, elle atterrit chez Club Med où elle devient en charge de la stratégie de développement digital du groupe en Asie, une expérience « dure » mais très « enrichissante », avoue t-elle car tellement différente de Price Minister. Elle découvre l’univers du tourisme et surtout, voyage dans toute l’Asie pour mener à bien ce projet en véritable « intrapreneure ». L’entrepreneuriat n’est jamais loin !

Mini Guide Leadership

Shopcade : la convergence Media et « Social Shopping »

Après ces succès digitaux au sein du groupe touristique et la mise en place d’une plateforme ultra performante de réservation en ligne, elle rejoint l’agence TBWA pour développer là encore, l’offre digitale.

Pourtant, pour cette entrepreneure dans l’âme n’est-ce pas un peu frustrant de travailler pour les autres ?

« Je n’ai pas eu de frustrations car j’ai toujours développé de nouvelles Business units et je ne me suis jamais vu monter une boîte toute seule. » car c’est sa conviction, lancer une entreprise est un travail d’équipe avant tout : « il y a une personne avec une vision qui doit fédérer une équipe. » une leçon qu’elle tient de Price Minister et qu’elle applique à son nouveau bébé, Shopcade (contraction de shopping et arcade) en allant chercher une de ses amies d’HEC, Marie Barbe-Girard, « ma number 2 », son ancien directeur de création venu tout droit de Hong Kong et un CTO américain. Grâce à cette « dream team », cette plateforme dédiée à la mode et fondée sur le concept de « social shopping » a su en trois ans devenir un acteur incontournable dans le monde des media et de la vente de mode en ligne.

L’application parfois appelée le “pinterest du commerce” compte aujourd’hui plus de 1,5 millions membres et près de 3 millions et demi de pages vues par mois avec une présence en Grande Bretagne, aux Etats-Unis et en Inde à l’image de l’équipe totalement internationale. Le site vend via un contenu éditorial mode et people, les produits ultra tendance et pointus du moment grâce à un principe d’affiliation à d’autres sites ou en direct. Nathalie Gaveau

Son objectif, elle ne le cache pas : « j’ai envie que nous devenions un grand media sur lequel on fait son shopping tous les jours. » Une ambition qu’elle revendique pleinement et qui la guide depuis toujours : « Il faut avoir de l’ambition, croire en ses capacités. ». Une recette qui lui a plutôt bien réussi puisqu’elle a trouvé ses financements rapidement grâce à des investisseurs initiaux comme Daniel Bernard, ancien PDG de Carrefour distributeur européen, Ian Livingston, co-fondateur des Jeux Eidos et Lord John Birt, ancien directeur général de la BBC. Elle a également rassuré en co-investissant dans son entreprise. Nathalie Gaveau

Etre une femme dans la Tech

Peu de freins donc pour cette « serial entrepreneur » qui concède pourtant qu’ils peuvent exister chez certaines femmes: « il faut permettre à plus de femmes de développer leur projet, leur montrer que c’est possible.» Nathalie en est convaincue : « les femmes peuvent être de très grandes actrices pas juste dans la mode, la beauté mais aussi dans la santé, l’énergie et la banque » et le digital offre de grandes opportunités : « c’est une industrie jeune et ouverte. » Elle joue d’ailleurs un rôle clé dans le monde de la Tech en tant que « business angel » : « j’ai investi dans quelques sociétés et je reçois beaucoup de projets en ce moment, c’est génial ! » Parmi eux, des femmes ? « J’ai investi dans une start-up dirigée par une femme, une ancienne d’Ebay qui s’est lancée dans le marketing mobile ».

Il est vrai que les femmes sont encore peu dans la Tech, 13% en France. Si elle regrette ce faible nombre, elle avance quelques pistes pour y remédier: “Les femmes du secteur doivent être plus célébrées dans les media pour donner envie à d’autres de se lancer, cela passe aussi par l’éducation à l’entrepreneuriat dès le plus jeune âge. A Standford, ces cours sont obligatoires.”note t-elle. Elle livre ce dernier conseil qui la résume un peu: « Il faut avoir une vision de soi et travailler pour y arriver en visant grand », tout comme son credo « Shoot for the moon. Even if you miss, you’ll land among the stars. » Une signature qui lui va si bien !

@veroniqueforge

0
    0
    Votre panier
    Votre panier est vide
    Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore

    Accélérez votre carrière

    Découvrez tout notre contenu

    ACADEMY

    PODCAST

    Audio Programmes

    nouveau

    Le Mini Guide de la communication au Féminin

    Le "Must Have" pour devenir une meilleure LEADER !