fbpx

Nous sommes toutes des vendeuses ! Evelyne Platnic-Cohen la première

Booster Academy France : Nous sommes toutes des vendeuses, Evelyne Platnic-Cohen la première
Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email
La fondatrice de Booster Academy était la marraine de la 15 è édition du Salon des micro-entreprises. Elle a su, en moins de 10 ans, se faire une place dans le petit groupe des femmes chefs d’entreprise qui font plus d’1 million d’euros de chiffre d’affaires. Elles ne sont que 3% en France !

 

Aller à la rencontre d’Evelyne Platnic-Cohen, fondatrice de Booster Academy, c’est s’assurer de démarrer sa journée à 100 à l’heure dès le petit déjeuner. La fondatrice de Booster Academy n’arrête jamais. Et son parcours entrepreneurial reflète parfaitement sa personnalité, hors norme. Aujourd’hui, elle propose sa connaissance de la vente, à tous ceux qui désirent apprendre et continuer à se former.

La vie professionnelle d’Evelyne Platnic-Cohen est à la fois une histoire de rencontre et de culot. “Il faut oser dans la vie, et il faut que les femmes osent surtout !”, s’enthousiasme-t-elle. Après un deug de sciences économiques, elle intègre le groupe Vivendi et la marque Catherine Mamet grâce au hasard d’une rencontre. “Dans la boutique d’un ami, on me présente un jour l’assistante de Catherine Mamet. Sans me démonter, je lui dis que j’ai très envie de travailler avec une femme et pour cette marque. Je suis très vite reçue par la directrice commerciale, à qui je dois tout aujourd’hui, qui me dit : ‘vous n’avez que 20 ans, vous êtes trop jeune, c’est impossible.’ Mais j’ai su la convaincre et elle m’a embauchée”. Evelyne Platnic-Cohen lui a dit “je serai votre meilleure vendeuse, prenez-moi ! ”. Un an plus tard c’était le cas, elle était la meilleure sur 180.

 Oser, oser, oser

Du culot, donc, elle en a. Et la soif d’apprendre et de donner en retour son savoir, aussi. Quand, dans les années 2000 la crise est là, elle perd son job. Elle se rend compte qu’avec son niveau d’études et son jeune âge, elle ne retrouvera pas un emploi rapidement. Alors “après trois semaines de recherches actives, j’ai décidé de me lancer seule et de monter ma boîte. On m’a appris à vendre, j’ai donc décidé d’en faire mon business.”

De là est née en 2004 une idée : Booster Academy, un centre d’entraînement intensif à la vente pour les entrepreneurs et leurs équipes. “En France, seuls 13% des élèves qui sortent des écoles de commerce s’orientent vers la vente et ils sont insuffisamment formés à cela. Tout le problème est là. Nous, nous adressons à des TPE et des PME qui veulent développer leur business et nous formons les patrons et leurs vendeurs. Car un bon vendeur a besoin d’un bon manageur pour le piloter.”

Mini Guide Leader
La formule est simple : “Nous travaillons par demi-journées, réparties sur 6 à 7 mois et les participants doivent passer des niveaux grâce à des cours et des ateliers”. Les vendeurs sont aussi formés aux nouvelles techniques de prospection, qui s’appuient sur le digital, en étant confrontés à toutes les nouvelles technologies disponibles sur le marché.

Comment ? Grâce à une association, créée par Evelyne Platnic-Cohen, “qui regroupe des jeunes entreprises qui ont développé de nouveaux outils de vente. J’aime repérer des pépites et en faire profiter l’ensemble de mes académiciens !”

“Soyez ambitieuse et dépassez le Mompreneurs ! ”

“Les femmes ont plus besoin d’encadrement et de mentorat que les hommes. Elles doivent se libérer de leurs propres freins. Moi-même, je suis suivie et coachée par WBMI (Women Business Mentoring Initiative) pour accompagner le développement de mon entreprise et de mon business. WBMI suit des entreprises, créées par des femmes, qui ont plus de 3 ans d’existence. Pour les plus jeunes qui n’ont pas encore 30 ans, je préconise le MoovJee . Tous ces organismes, et d’autres incubateurs et accélérateurs en France, sont là pour nous aider. Il faut s’en servir et ce peu importe le stade de développement de son projet. Quand j’ai voulu faire grossir mon entreprise, je suis allée voir un plus gros que moi, pour apprendre et comprendre comment y parvenir”.

En France, les femmes sont peu nombreuses à dépasser le million de chiffre d’affaires et Evelyne Platnic-Cohen s’en désole. “Nous sommes 3% en France, elles ne sont que 10% aux États-Unis, mais c’est déjà mieux que nous !” Et ne lui parlez surtout pas de ‘Monpreneurs’ car, pour elle qui fait aujourd’hui 3 millions de chiffre d’affaires, “c’est ridiculiser les femmes que de les cantonner dans la création de micro-entreprises, quand elles sont mères. Cela ne fait que rabaisser l’image de la femme, à qui on ne donne pas assez d’ambition. Et elles ne s’en donnent pas suffisamment elles-mêmes !”

Evelyne Platnic-Cohen promeut tout ce qui peut aider les femmes à briser le plafond de verre, mais “j’attends de voir ce qui sera vraiment mis en œuvre pour l’entrepreneuriat féminin. J’ai souvent tendance à me dire, comme dans la chanson de Dalida, que tout n’est que ‘parole, parole, parole’. Même si, je pense qu’il y a une forme de sincérité dans les engagements des ministres en charge de ces questions, comme Najat Vallaud-Belkacem ou Fleur Pellerin.”

Pour le moment, elle prépare l’avenir de Booster Academy, “en nous développant en France. Nous serons bientôt à Nantes et Toulouse, en plus de Paris, Lyon, Lille, Bordeaux. Et puis nous verrons plus loin après, hors de France. Je suis et reste ambitieuse !”

Pour aller plus loin : Le livre d’Evelyne Platnic-Cohen : Nous sommes tous de vendeurs ! aux éditions Eyrolles et l’Institut du mentorat entrepreneurial

 

0
    0
    Votre panier
    Votre panier est vide