fbpx

Communiquez … pour de vrai !

communication
Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email
Du petit-déjeuner d’affaires à la partie de baby-foot dans la start-up en passant par le team building en ligne, la communication est de mise. Elle se doit d’être réussie pour les deux parties prenantes dont les profils et enjeux peuvent diverger. En lui redonnant son épaisseur et en revenant à son sens premier, il s’agit bien de tisser véritablement un lien avec son interlocuteur. Avec le regard de la formatrice et consultante en communication verbale, efficacité relationnelle, développement personnel et harmonisation des organisations, Yvonne de Saint Denis, les lectrices de Business O Féminin, ont pu pendant saisir pendant l’atelier du 12 novembre, l’importance d’adapter sa communication au profil de ses interlocuteurs.

Talkie-walkie : activez le bon canal 

Les interférences entre l’émetteur et le récepteur peuvent être significatives. Il est crucial que les deux talkies-walkies soient bien connectés sur un même canal. « Il faut que le codage soit compris par mon interlocuteur et que j’utilise un codage compréhensible par celui-ci », considère Yvonne de Saint Denis. En effet, pour la consultante et formatrice s’appuyant sur une expérience de 25 ans dans le secteur de la banque en Europe, en Asie et aux Etats-Unis, « il y a communication lorsqu’il y a une offre et un feedback, lorsque l’offre et l’acceptation de l’offre se font sur le même canal ». 

On code les informations « en fonction de son propre référentiel ». Il en va du silence d’un manager passant dans le couloir. Les interprétations varient selon les grilles de lecture et des réactions des uns et des autres. Prenant l’exemple des langues étrangères, Yvonne de Saint Denis note la nécessité de « s’impliquer, changer, s’adapter à ce que vous pouvez recevoir ».

Elle note qu’« un bon processus de communication permet d’optimiser la relation, d’aller à l’essentiel, de construire en s’appuyant sur le meilleur de chacun ». A l’inverse, si le processus de communication est inadapté, existe « le risque d’engendrer une ‘mécommunication’, source de mésentente, de conflit, d’incompréhension et également de démotivation ».  Ainsi, des petites phrases lâchées l’air de rien comme « A qui bon ? » ou bien encore « il ne comprend rien » sont assurément, selon la consultante, « des révélateurs de cette incapacité que nous aurons eu à ce moment-là à communiquer avec notre interlocuteur ». 

Mini Guide Leader

 

 Toi + moi

« L’ensemble des champs de l’intelligence émotionnelle » est couvert, note Yvonne de Saint Denis évoquant le psychologue américain Daniel Goleman auteur de L’intelligence émotionnelle : comment transformer ses émotions en intelligence. En effet, sont convoquées, dans le processus de communication : « conscience ce soi », « maitrise de soi », « motivation », « empathie » et « aptitudes sociales ».

 « Repérer les signes » afin d’avoir conscience de soi. Cela consiste à « bien comprendre comment je fonctionne et comprendre que les personnes peuvent fonctionner de façon différente », considère Yvonne de Saint Denis forte de ses expériences d’expatriation dans plusieurs continents. Autre élément clé : apprendre à se gérer. Avec une approche bienveillante, elle souligne l’importance de se mettre à la place de l’autre citant le rôle des soft skills. 

Bien se connaitre pour mieux communiquer, être compris et écouter. La relation à autrui passe par une meilleure compréhension et gestion de soi. Aussi, Yvonne de Saint Denis souligne que la communication est réussie lorsque l’on considère que l’émetteur et le récepteur ont, tous deux, de la valeur. Il s’agit d’avoir « une vision positive de soi-même, d’avoir confiance en soi et de savoir aussi que l’on a des points faibles ». Le comportement sous stress est significatif, « très révélateur de la personnalité » note Yvonne de Saint Denis. 

 

De l’art des bonnes manières 

Afin de recruter et de former des équipages d’astronautes, la NASA a subventionné les études menées par le psychologue américain Taibi Kahler. Celui-ci avait développé le modèle de la « Process Communication ® ». « Cet outil puissant et pragmatique », selon Yvonne de Saint Denis, considère deux principes : « la manière de dire les choses a autant et souvent plus d’importance que ce qui est dit » et « chacun de nous développe au cours de son histoire les caractéristiques de 6 personnalités ». Nous sommes un mélange de 6 profils : « rebelle, « travaillomane », « persévérant », « empathique », « rêveur » et « promoteur ».

 Selon ce modèle, se dessinent « des caractéristiques comportementales, des modes de lecture préférentielle de la réalité, des motivations, des façons de communiquer et des comportements sous stress prévisibles et observables. » Aussi, la consultante souligne que chacun a « les ressources pour parler à ces 6 types » avec un objectif en vue : « la qualité de la relation ». Ainsi, le profil promoteur est une personne qui fonce et pour qui, se tromper n’est pas grave. Le travaillomane considère, lui, l’importance de la réflexion avant l’action. Chacun de ces 6 profils a « des points forts, un mode de communication, des traits de caractéristique, un scénario de stress, un environnement préféré, un style de management, un mode d’apprentissage ». Ainsi le type rêveur se fait « calme, imaginatif et réfléchit ». « Il perçoit « le monde à travers le filtre de l’imagin’action, de la réflexion ».

Le style d’interaction qu’il adopte est « autocratique ». Il s’agit d’être vigilant si cet angle directif est appliqué à un profil travaillomane. En effet, celui-ci risque de ne pas être motivé.  Yvonne de Saint Denis rappelle que « quand quelqu’un a la même zone de confort que nous, la communication se fait très bien, elle est très fluide ».  Aussi, il est important de comprendre et d’appréhender comment fonctionne son interlocuteur ; l’habitude et l’observation sont des appuis. Ainsi, le registre des mots utilisés varie selon un certain type de personnalités. De ce fait, le rêveur recours à celui de l’imagination quand le profil empathique s’inscrit dans le registre des émotions. 

Tenir compte de ces profils es précieux pour donner davantage d’efficacité à la communication. Une appréhension qui permet à la fois, selon Yvonne de Saint Denis de « se prendre en main, de se responsabiliser mais aussi de dédramatiser ». Alors, à votre talkie-walkie ! 

 

Aller plus loin 

L’intelligence émotionnelle : comment transformer ses émotions en intelligence, Daniel Goleman (1999, pour l’édition française)

Mathilde Aubinaud

0
    0
    Votre panier
    Votre panier est vide