fbpx

Comment évoluer professionnellement en restant freelance ?

Freelance
Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email
Vous êtes freelance et aimeriez évoluer professionnellement ? Rassurez-vous votre goût pour la liberté ne constitue pas un frein pour votre carrière. Missions intéressantes, formations, rémunération, management d’équipes... Lise Slimane et Daniel Pardo, deux spécialistes de la question, nous révèlent comment évoluer en restant freelance.

A priori, on pourrait penser qu’évoluer professionnellement est compliqué lorsque l’on est freelance. La collaboration est ponctuelle sans réelle perspective d’évolution au sein de l’entreprise. Il n’y a pas d’employeur pour apprécier vos réussites, vous augmenter, ni de services vers lesquels se réorienter… Mais le monde du travail évolue peu à peu et être freelance permet aussi de progresser dans sa carrière.


D’ailleurs, chacun perçoit différemment le fait d’évoluer professionnellement. Pour Lise Slimane, formatrice, coach, auteure de « Tout pour être freelance » (éditions Caliopea) et créatrice de la formation « La Minute Freelance », gravir les échelons ne veut plus rien dire. « C’est très propre à une carrière où l’on rentre en bas et on monte très haut. Aujourd’hui, la plupart des métiers du freelancing sont sur un management horizontal. Il y a plein de freelances qui n’aspirent pas à être manager. D’ailleurs, devenir manager n’est pas révélateur d’une évolution, ça peut être une mise au placard », souligne l’experte.

Définir ses envies d’évolution freelance

A chacune donc de se poser, de prendre le temps de faire un travail d’introspection, pour savoir ce que l’on désire vraiment et ce que signifie pour soi cette évolution : Qu’a-t-on envie de faire ? Est-ce apprendre de nouvelles choses ? Que veut-on développer comme expertise, comme compétence ou savoir-faire ?  Est-ce travailler sur des projets différents ? Est-ce obtenir une mission avec un enjeu important ? Est-ce mieux gagner sa vie ?…

Mini Guide Leader

Entre le freelance et le salarié, la différence réside surtout dans un contrat et il y a plein de façons de faire évoluer son métier en étant indépendant.

Gagner en expérience et en compétences

Comme pour un salarié, l’évolution passe par l’expérience et le parcours. Le freelance offre à l’entreprise une vraie flexibilité puisqu’il est engagé pour une période limitée et une tâche définie. En temps de crise et dans un contexte incertain, c’est un recours apprécié. C’est donc l’occasion de collaborer avec des types de clients et d’entreprises variés sur des missions diverses. De quoi développer ses connaissances et sa polyvalence tout en ajoutant des expériences à son CV. De ce point de vue, être freelance peut permettre de booster son parcours.

Pour évoluer professionnellement, on réfléchit également aux formations que l’on souhaite réaliser. Il existe des fonds dédiés aux freelances. « Les formations peuvent concerner autant les compétences métier que l’entrepreneuriat. On apprend ainsi à savoir se vendre, à construire son activité et sa marque personnelle comme on le ferait pour une entreprise », conseille Lise Slimane. Ces compétences seront autant d’atouts pour trouver de nouveaux clients.

Décrocher des missions à responsabilités

Ce n’est pas parce que l’on est freelance que l’on ne peut pas être amenée à travailler sur de gros projets ou guider des équipes. A condition, comme pour un salarié, d’avoir accumulé des missions. « Il y a, par exemple, des managers de transition freelance qui ont vingt ans d’expérience dans un domaine particulier comme les ressources humaines ou la direction administrative et financière. Les entreprises apprécient de pouvoir engager ces profils freelances expérimentés et flexibles. Ça leur permet d’avoir une forte compétence en interne pour une période déterminée », reconnaît Daniel Pardo, lui-même ancien manager de transition, auteur notamment de « Travaillez comme indépendant en mode mission » (éditions Allo Mission), créateur du Label Best Place to Freelance avec Bureau Veritas Certification et de la société spécialisée en portage salarial, Flexi-Entrepreneur. Inutile donc d’avoir un CDI pour être un senior reconnu et avoir des responsabilités. Lise Slimane acquiesce : « en entreprise, il y a plein de gens qui sont bloqués des années sur leur poste sans évoluer car il y a des politiques internes, que la méritocratie ne prime pas toujours. Si le freelance a le souhait d’acquérir de nouvelles compétences techniques ou managériales, qu’il a de la séniorité, il peut accéder à des missions qui nécessitent plus d’expérience et prendre en charge des équipes en mode projet. Son client peut aussi lui proposer un périmètre d’action plus large au fil du temps ».

Être mieux rémunérée freelance

Évoluer professionnellement est synonyme pour vous d’une meilleure rémunération ? Il est tout à fait possible de gagner davantage d’argent en étant freelance. Cela vient avec l’expérience, la notoriété, le développement d’une marque personnelle… « Plus un freelance va travailler sur des projets ambitieux, avoir des avis clients, plus il va pouvoir les présenter et prétendre à un tarif plus élevé », précise Lise Slimane.

Par ailleurs, le mode de rémunération d’un freelance diffère de celui d’un salarié. L’employeur est familier du coût de revient annuel d’un salarié, il dispose éventuellement d’une grille de rémunération pour tel type de poste. Il sait ce que représente un salaire brut annuel de 30 ou 50 K € et négocier peut alors être compliqué. « Quand on est freelance, on facture un taux journalier hors taxe qui inclus tout. Les entreprises ont peu de références sur ce que représente 500€ facturés HT à la journée, en terme de coût annuel. Sur les missions longues, on peut donc gagner plus d’argent », ajoute Daniel Pardo.

Changer d’activité

Selon l’expert, ce qui peut être plus difficile quand on est freelance, c’est de se réorienter, de changer d’activité. En interne, dans une entreprise, on vous connaît et on connaît vos autres compétences. Il peut y avoir des facilités pour passer d’un service à un autre ou même changer de métier. Mais en tant qu’indépendant, trouver le premier client qui vous fait confiance, alors que vous n’avez pas d’expérience dans ce domaine, peut prendre du temps. Là encore, il est possible de contourner cet obstacle. « Quand on a envie de changer un peu sa carrière, il faut montrer qu’on est capable de le faire avec un projet personnel. Chez les créatifs, on va appeler ça le portfolio, chez les développeurs ça peut être de coder une mini application… Il faut être capable de prouver qu’on est capable de faire le travail et ça peut débloquer la prochaine étape de sa carrière », déclare Lise Slimane.

Une fois son évolution de carrière déterminée, les champs du possible sont vastes pour le freelance.

Dorothée Blancheton

0
    0
    Votre panier
    Votre panier est vide