fbpx

Autorisez-vous à écouter vos rêves avec Blandine Mansion, Fondatrice de Bm Coaching

Bm Coaching blandine mansion
Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email

Blandine Mansion est coach en reconversion professionnelle, fondatrice de Bm Coaching. Après un parcours dans la communication et des long séjours à l’international, elle coache aujourd’hui de nombreuses femmes ambitieuses et au désir de reconversion. Rencontre.

Blandine, vous êtes coach et accompagnez depuis de nombreuses années des femmes dans leur démarche de transition professionnelle mais comment vous définiriez-vous, qu’est-ce qui vous guide au quotidien ? 

Dans un monde en mutation, où les notions d’efficacité et de perfection sont surdimensionnées aussi bien dans la sphère privée que professionnelle, nous les femmes oublions de croire en nous-mêmes, de croire possible, sinon nécessaire, d’aimer ce que l’on fait, d’être passionnées par notre métier. Il est toujours temps de grandir, de bâtir, de rêver et de faire de son rêve sa réalité. Ma philosophie professionnelle est née de ce besoin de partager cette conviction auprès des femmes.

Aujourd’hui je partage mon temps entre l’accompagnement des femmes en désir de changement et la réflexion autour de cette évolution, sortir la transition de carrière de “l’éternel” bilan de compétences pour redonner les commandes à chacune. 

Mini Guide Leader

Construire un projet cohérent avec les spécificités de chacune, ses goûts, ses aspirations, ses valeurs, ses attentes est un sujet complexe, passionnant avec lequel je ne m’ennuie jamais !

Beaucoup de femmes se posent la question d’une reconversion professionnelle, comment l’aborder, par où commencer ? 

Explorer son désir de reconversion c’est s’interroger à quoi répond-il ? A quelle lassitude fait-il appel ? Tout ras-le-bol est à écouter et tout ras- le-bol est à questionner. S’il est là c’est que la situation présente des éléments qui ne vous conviennent plus, les questionner est une façon d’évaluer si l’envie d’ailleurs est pertinente. Le ras-le-bol est un bon indicateur et un levier pour réfléchir à ce que l’on voudrait à la place. 

Pour bien démarrer une reconversion, autorisez-vous à écouter vos rêves, y compris les farfelus, ils sont porteurs d’enseignements. Rêver permet à votre mental d’être plus créatif et audacieux. A partir de là vous identifiez des pistes concrètes et décelez les bénéfices de la reconversion et ses inconvénients. Quelle serait la situation vraiment idéale pour moi ? 

Les écueils à éviter, celui de suivre l’air du temps tel que la start-up l’entrepreneuriat, être indépendante etc. tout le monde n’est pas adapté ou construit pour ce format. A l’inverse manquer d’audace, une reconversion trop raisonnable et raisonnée qui ne correspond pas aux motivations intrinsèques de la personne a de grandes chances de mener nulle part.

Quelles sont les étapes clés dans ce processus ?  

Toutes les questions qui viennent ont besoin d’être traitées. Formulez simplement des questions ouvertes : « si je me reconvertis, comment je vais m’y prendre ? ». Ce que vous savez faire aujourd’hui n’édicte pas nécessairement ce que vous ferez demain. Nous ne sommes pas nées pour faire obligatoirement un seul métier. Prenez chaque élément un par un et cherchez ce qui est intéressant et valable pour votre transition professionnelle.

Avant de rentrer concrètement dans votre projet, il y a 2 phases : la réflexion et la reconversion en elle-même. 

La première ne doit pas être un méli-mélo de questions sans fin. Il faut revenir à vos valeurs et passions : quelles sont-elles ? Ou est-ce que vous vous sentez concernée, unifiée, investie, libre ? Pour quoi ou qui êtes-vous prête à vous « battre » ? Qu’est-ce qui est fondamental, vital pour vous ? Quels sont vos besoins d’accomplissement, de réalisation de soi ? Le bien-être professionnel n’est pas à penser comme une performance, mais comme la conséquence d’un travail qui vous ressemble.

La deuxième, la reconversion au sens propre, a besoin de s’appuyer sur du concret. Il faut expérimenter le secteur qui vous intéresse et réaliser une enquête métier même si vous n’êtes pas sûre encore d’avoir envie de vous y lancer. Aller à une conférence, suivre une masterclass ou fouiller sur internet permet de repérer des pistes, faire le tri au fur et à mesure entre ce qui est trop difficile, pas viable financièrement, etc…Interrogez-vous : est-ce que je souhaite aller plus loin ? Quels enseignements positifs et négatifs j’en retiens ? 

Vous insistez sur ses valeurs indispensables à définir, pourquoi ? 

 Si les valeurs culturelles, familiales ou sociétales peuvent parfois contraindre, les valeurs motrices, celles que nous étudions en coaching, nous donnent des ailes ! Les valeurs telles qu’on les entend ici n’ont aucune connotation morale, elles sont intrinsèques, source de sens et ne dépendent que de nous. Elles constituent le socle de notre personnalité et représentent les comportements et/ou activités qui nous attirent naturellement avec lesquels on se sent bien, unifié, stimulé, inspiré, le tout sans effort. Une valeur motrice est un élément indispensable de soi-même. Soyez sincère avec ce que vous appréciez et aimez vraiment même si c’est la première fois que vous osez l’admettre, c’est votre ADN. 

 Se reconnecter à ses valeurs intrinsèques offre un système de références qui décuple la motivation car elles poussent à l’action naturellement. Vos valeurs intrinsèques ou motrices sont essentielles dans votre travail pour y puiser de la motivation. 

On a le sentiment d’être utile quand on estime mettre son énergie vers ce qui donne du sens à nos vies. Ce qui à nos yeux paraît juste, beau et bon sont nos valeurs motrices, elles définissent la direction que l’on veut donner à notre existence. Si on raisonne seulement en termes d’objectifs, on peut se réveiller à 40 ou 50 ans avec un sentiment de vide, de ne plus savoir où aller, l’impression d’être passé à côté de qui nous sommes vraiment.

Dans mes accompagnements je propose aux candidates de redéfinir leur système de valeurs, passer en revue le pouvoir personnel (identité) ; l’accomplissement (qu’est ce qui me motive ?) ; l’intimité (qu’est-ce que je partage et avec qui ?) ; la créativité (s’exprimer) ; la recherche de sens (quel sens je donne à ma vie ?) ; la compassion et la contribution (donner aux autres), en se demandant pour chaque domaine quelles qualités elle souhaiterait incarner. Les réponses sont les valeurs qui constituent notre boussole interne. Il y a mille façons d’être utile, ce qui a du sens pour vous peut en être totalement dépourvu pour votre voisine. Ce qui compte, c’est l’intention qui vous habite.

Lors d’un processus de reconversion professionnelle, quels sont les points de blocages fréquents chez les femmes et comment les surmonter ? 

Un des principaux freins à la reconversion professionnelle, c’est nous-même !  A travers les convictions et certitudes que nous avons construites qui entravent l’émergence ou la réalisation d’un projet. 

Ce que nous adoptons comme des vérités incontournables parce que nous l’avons lu, vu, expérimenté voire hérité construit sur notre chemin des obstacles, des murs. Comme nous sommes convaincues que nos croyances sont réalistes, il nous est souvent très difficile de distinguer une pensée « constructive » qui nous amène vers notre travail idéal (précisons qu’idéal n’a jamais voulu dire facile et sans effort), d’une pensée « limitante » qui met une frontière entre nous et la cohérence de notre projet.

Les croyances limitantes les plus récurrentes :

  • l’inexpérience : « Si j’échoue comment je rebondis ? » 
  • le jugement des proches : « Que vont-ils penser de moi ? »
  • conflit de loyauté :  décevoir les gens qui m’avaient aidé… 
  • injonctions de l’enfance : faire plaisir à ses parents en étant médecin / avocate / ingénieure/comptable / professeure.
  • peur de changer et ne pas se reconnaître.

Notre cerveau utilise en permanence ces biais cognitifs. Ils sont une des raisons qui vous amènent à vous sentir coincée dans votre changement professionnel. Ils influent directement sur votre prise de décision et vont provoquer ce sentiment de tourner en rond. Il existe beaucoup de biais cognitifs, un coaching vous aide à les identifier et les dépasser pour réussir à avancer vers une nouvelle vie professionnelle. 

Comment voyez-vous 2021 pour vous et les femmes que vous accompagnez ?  

 Avec la pandémie et ses répercussions, 2021 s’annonce comme une année de remise en question professionnelle. Oserai-je dire « l’année » pour la faire ? L’intérêt pour le sujet est indéniable. Aujourd’hui c’est acquis et accepter que les femmes peuvent faire le choix de favoriser leur confort intellectuel sur leur confort matériel. La reconversion est devenue un sujet dont on parle beaucoup. Tout le monde comprend maintenant l’importance de ne pas laisser le temps filer en attendant qu’un miracle survienne.

Quelques conseils pour aborder 2021 :

       Evitez de vous mettre trop de pression

       Priorisez vos besoins les plus importants aujourd’hui

       Entourez-vous de personnes bienveillantes, voire vous faire accompagner

       Soyez dans l’action, plutôt que de trop intellectualiser

       Acceptez que le changement peut prendre du temps

       Offrez-vous la liberté d’être, de penser et d’agir différemment 

 

Pour ce qui est de la place des femmes, je le vois en plein essor. Les pays qui ont le mieux géré la crise sanitaire sont dirigés par des femmes, 1ère femme élue vice-présidente aux USA, tout ceci est de bons indicateurs même s’il reste encore des mentalités et non-dits à combattre. Néanmoins les femmes aujourd’hui osent plus s’affirmer et montrer leur volonté d’indépendance et de réussite sur tous les plans.

 Véronique Forge-Karibian

Blandine est coach dans le programme (RE)Dessine ta carrière professionnelle, pour en savoir plus sur ce programme cliquez ici : 

0
    0
    Votre panier
    Votre panier est vide