fbpx

8 conseils pour passer à l’action et réaliser ses rêves

rêve, projet, vie
Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email
Des rêves, vous en avez plein la tête. Mais quand il s’agit de passer à l’action pour les réaliser, vous voyez les difficultés poindre leur nez et vous repoussez sans cesse votre projet. Voici quelques conseils pour ne plus rêver votre vie mais vivre vos rêves !

Identifier ses rêves

On a toutes des envies, des projets, des rêves… Bien sûr, tous ne pourront être réalisés et certains même s’envoleront aussi vite qu’ils étaient venus. Mais certains reviennent sans cesse à l’esprit et donnent envie de les concrétiser. « Le rêve, c’est le point de départ. Il doit naître d’une envie profonde et germer en nous depuis longtemps. Ca évite de se lancer sur un coup de tête et d’abandonner aussi rapidement.

Il doit être réaliste et à sa portée pour rester mobilisée dans le temps », confie Johanna Rozenblum, ancienne styliste ayant elle-même repris ses études à la trentaine et une fois maman pour réaliser son rêve : devenir psychologue. Une profession qu’elle exerce désormais à Paris en libéral.

Se connaître

Pour réaliser son rêve, il faut se reconnecter à un soi profond qui a pu être inhibé pour des raisons éducatives, financières, par un manque d’estime de soi… Cela revient à faire un travail d’introspection, à faire le point sur sa vie, ses aspirations réelles, pas celles que les autres ont pour soi. Mieux vaut également bien se connaître, repérer ses forces pour s’appuyer dessus et connaître ses faiblesses.

Mini Guide Leader

Cela permet d’anticiper les difficultés. « L’idée n’est pas de se laisser assaillir par celles-ci, mais de trouver des solutions : s’entourer de gens compétents dans les domaines où l’on a des lacunes, se former soi-même… », suggère la psychologue Johanna Rozenblum.

Dépasser ses freins psychologiques

Très rapidement, des obstacles parasitent le rêve. Ce sont des freins psychologiques issus de l’éducation, de la société, des proches… et qui font douter de la faisabilité du projet. « Les croyances limitantes sont le fruit d’un conditionnement dont il faut prendre conscience. Il faut les remplacer par des croyances positives. Par exemple, si l’on pense que l’on n’arrive pas à gérer ses émotions, il faut se souvenir de toutes les occasions où l’on est arrivée à les gérer, et se dire que l’on est une personne qui sait se montrer empathique », conseille Aurélie Pennel, co-auteure de « J’arrête de renoncer à mes rêves », consultante, conférencière et formatrice. Ce changement de point de vue participera à renforcer sa confiance en soi.

De la même manière, on ne cherche pas des excuses extérieures pour justifier sa procrastination. Delphine Luginbuhl, sa co-auteure, ingénieure de l’Ecole Centrale Paris désormais coach en psychologie positive, se souvient ainsi de deux clientes qui hésitaient à se lancer : l’une car son mari ne la soutenait pas, l’autre parce qu’au contraire il avait de grands espoirs et qu’elle redoutait de le décevoir en échouant. On cherche donc en soi les raisons d’accomplir son rêve et d’agir pour ne pas subir sa vie.
On se projette dans le moment où on aura atteint ce rêve. On imagine comment on le vit, quel est son quotidien, ce qu’on a mis en œuvre pour y arriver… Ca permet de gonfler sa confiance en soi et d’oser se lancer.

Préparer son projet

Il n’existe pas de moment idéal pour passer à l’action. A l’attendre, on finit d’ailleurs par ne jamais se lancer. Cependant, on prépare tout de même son projet, on se renseigne pour mettre toutes les chances de son côté. « Le bon moment pour se lancer, c’est quand on a très envie et qu’on va tenir sur la durée. Quel que soit son rêve, il y a tout de même une réflexion matérielle à avoir.

Il faut se renseigner sur les dates d’inscription à la fac, faire une étude de marché, anticiper comment on va faire financièrement…», souligne Johanna Rozenblum. On attend donc d’avoir très envie, tout en gardant les pieds sur terre pour bien se préparer.

Etre bien entourée

Si la décision de réaliser son rêve est personnelle, elle suppose quand même d’en parler à son entourage, surtout si l’on est parent. « S’engager pour cinq ans d’études, par exemple, demande du soutien et de la compréhension de la part de ses proches. On ne sera plus la même personne. On vient bousculer toute sa vie, celle de son conjoint et de ses enfants pour ce qu’on imagine être un mieux », confie Johanna Rozenblum.

On s’entoure également d’amis qui adhèrent au projet. On se renseigne auprès de personnes qui ont tenté l’aventure avant nous. « Il y a très peu de projets que l’on peut réellement mener seule mais il faut s’entourer des bonnes personnes, celles qui seront là pour aider moralement, challenger nos idées, avoir un regard critique constructif… », ajoute Delphine Luginbuhl.

Y aller étape par étape

Quand on a un objectif, un rêve ambitieux, mieux vaut le découper en petites étapes. Cela permet de se fixer des buts intermédiaires, de faire des paliers pour faciliter cette ascension. C’est la stratégie des petits pas. « Avancer à petits pas, c’est se donner une dynamique de réussite plus probable car la montagne à gravir peut paraitre vertigineuse », se souvient Johanna Rozenblum.

Cela signifie aussi que l’on n’est pas obligée de tout changer dans sa vie du jour au lendemain. On peut y aller progressivement pour assurer ses arrières, prendre le temps de s’organiser, de tester son idée, de mieux se connaître… « Je ne m’épanouissais pas totalement quand j’étais ingénieure. J’ai choisi de reprendre des études et de passer ma licence de psychologie. Mais ma reconversion s’est faite en douceur.

J’ai d’abord été coach en interne dans l’entreprise où je travaillais avant de me lancer à mon compte. Ca s’est fait de manière très douce et sûre. On n’est pas forcée de tout envoyer valser ! Il faut se dire que le bonheur est dans le chemin, pas simplement dans l’arrivée, même si cela prend plusieurs années », assure Delphine Luginbuhl.

Se féliciter de ses réussites

On s’attarde plus souvent sur ses échecs que ses succès. Pourtant, reconnaître ses petites réussites permet d’avancer vers son rêve. « Nous sommes éduquées dans une société où l’on prône la modestie. Le risque, c’est de ne même plus voir nos succès, de les taire. Demandons-nous quelle est la dernière chose que nous avons faite et qui nous a fait plaisir. Il faut prendre le temps de la savourer avant de foncer vers un nouvel objectif », suggère Delphine Luginbuhl. « Les succès récents sont des petits pas qui nous mettent dans la bonne direction. Ils contribuent à un cercle vertueux et renforcent l’estime de soi », ajoute pour sa part Aurélie Pennel.

Tirer des leçons de ses échecs

Les difficultés rencontrées sur la route ne doivent pas faire perdre des yeux son rêve. « Même si l’échec est mal perçu dans notre société, il ne faut pas en avoir peur sinon on n’agit pas. A chaque fois qu’on échoue, on se rapproche un peu plus du but ! », encourage la coach en psychologie positive. On se rappelle des échecs passés et on garde en tête qu’on en a déjà surmontés. « Paul-Emile Victor disait : « la chose qu’on est sûr de ne pas réussir, c’est celle qu’on ne tente pas ». S’épanouir en réalisant un rêve, c’est bénéfique », conclut Johanna Rozenblum. Ainsi, oser aller à la rencontre de ses rêves permet de vivre sa vie en se sentant portée, sans cultiver de regrets.

A lire : « J’arrête de renoncer à mes rêves », Aurélie Pennel et Delphine Luginbuhl, éd. Eyrolles

+ Une Bonus : Participez au Programme (RE)Dessine ta carrière professionnelle de Business O Féminin !

Ce programme spécialement imaginé pour vous aider à franchir le cap, vous aider dans la maturation de votre nouveau projet. Une transformation en 8 étapes pour aborder un nouveau moment de votre histoire de vie.

À qui s’adresse ce programme

  • Salariées qui réfléchissent la suite de leur carrière.
  • Futures entrepreneures.
  • Indépendantes qui souhaitent redéfinir leur projet.

Les bénéfices

  • Une définition et/ou clarification de vos objectifs.
  • Un travail d’accouchement de votre projet avec des coachs et experts dédiés à la reconversion professionnelle et l’entrepreneuriat féminin.
  • Une feuille de route claire pour avancer !

Une offre EarlyBird est encore et les places sont limitées ! Inscrivez-vous :

https://www.businessofeminin.com/class/redessine-ta-carriere-professionnelle/

 

>Et si vous alliez puiser votre créativité dans vos rêves ?

>Peut-on vivre ses rêves ?

 

0
    0
    Votre panier
    Votre panier est vide