fbpx

10 conseils pour une prise de parole réussie

prise de parole réussie
Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email

Des mains moites, des battements de cœur qui s’accélèrent, quelques difficultés à déglutir, des sueurs froides pour les plus angoissées d’entre nous… Ces symptômes ne vous sont pas inconnus ? C’est sans doute que vous avez déjà fait l’expérience du stress qui accompagne trop souvent la perspective d’une prise de parole en public. Heureusement, il existe quelques astuces qui permettent de faire disparaitre ces freins et de libérer l’oratrice qui sommeille en vous. En voici dix !

Voici nos 10 conseils pour une prise de parole réussie

La préparation, la clé de la réussite

Aussi étonnant que cela puisse paraitre, le succès d’une prise de parole se dessine bien en amont du jour J ! Et oui, trop souvent négligé, pas assez répété, le pouvoir de la préparation représente à lui seul plus de la moitié de la recette magique.

Un discours maitrisé, c’est un discours qui répond à deux questions fondamentales : quel est mon public et qu’attend-il de moi ? Quel est mon objectif ? Les réponses doivent vous servir à élaborer une architecture structurée, adaptée à votre audience et à l’enseignement que cette dernière souhaite tirer de votre allocution.

Mini Guide Leader

Apportez un soin particulier à l’introduction et à la conclusion de votre discours.

La première donne le ton et sert à piquer l’intérêt de votre public, tandis que la deuxième clôture votre prestation et se doit de laisser une empreinte positive dans la mémoire de vos interlocuteurs. Privilégiez des phrases courtes, plus efficaces que des « phrases escargots », dans les méandres desquels risque de se perdre votre audience…

Enfin, ne négligez pas la préparation orale ! Tel un acteur de théâtre travaillant son jeu devant le miroir, n’hésitez pas à répéter votre texte encore et encore, seule ou devant une personne bienveillante qui saura vous orienter et vous faire progresser.

Un support visuel reste un support

N’oubliez jamais, la star du show c’est vous ou plutôt le discours bien préparé qui sort de votre bouche. Si vous faites le choix d’utiliser des slides ou tout autre type de support visuel, assurez-vous qu’il soient courts, simples, synthétiques et aérés. Ils mettent en avant une idée forte, un argument de poids, mais ne doivent jamais servir de prompteur !

Encore moins d’excuse pour dissimuler votre stress sous une multitude d’effets ou de chiffres superflus.

Diminuer le stress en se familiarisant avec les lieux

Pour beaucoup d’entre nous, l’augmentation du stress est liée à une variable constante : celle de l’inconnu.
Ne pas savoir comment son audience va réagir, ne pas être maitre de son environnement… sont autant d’interrogations qui viennent s’agréger les unes aux autres et finissent par nous faire perdre pied. Pour votre tranquillité d’esprit, éliminez un maximum d’inconnus pour pouvoir vous concentrer sur l’essentiel : la qualité de votre intervention.

Ainsi, repérez si possible la salle afin d’adapter votre tenue au lieu. On évitera par exemple de porter du vert si le fond de la scène est de cette couleur ou de sortir votre jupe courte alors que vous serez assise sur un tabouret haut. Profitez-en également pour vérifier le type de micro utilisé et les ajustements éventuels à faire. Ce repérage est essentiel puisqu’il permet d’éviter les mauvaises surprises et de vous projeter en situation.

Anticiper, anticiper et anticiper

Il n’est jamais très agréable d’être prise de court par une question que l’on n’attendait pas et à laquelle nous ne trouvons pas spontanément de réponse.

Ainsi, profitez de la phase de préparation pour prévoir les questions éventuelles, en particulier les plus dérangeantes…

Pendant la phase de questions/ réponses, prenez soin d’écouter attentivement les questions qui vous seront posées et montrez votre intérêt en affichant une attitude d’ouverture. Si la question vous dérange, gardez votre calme et ne répondez pas immédiatement. Vous pouvez prendre autant de temps que nécessaire pour réfléchir et structurer votre réponse.

Au besoin, reformulez la question mais surtout ne soyez jamais sur la défensive !

Accepter les questions, même les plus inattendues, c’est montrer sa maîtrise du sujet et de la situation.

Soignez votre communication non-verbale

Votre langage corporel parle pour vous… Vos gestes, votre posture, vos mains… influent sur la manière dont les autres vous voient.
Ainsi, cette conscience de soi, cette maitrise de sa gestuelle, sont primordiales. Lors de votre prise de parole, privilégiez les gestes ouverts. Ils témoignent de votre bienveillance, de l’envie d’aller vers l’autre etc.. Et évitez les gestes fermés, qui maintiennent le public à distance. Bannissez les gestes « parasites » qui témoignent de votre nervosité et agacent. Abstenez-vous de gesticuler, surtout si vous êtes filmée et adaptez l’amplitude de vos gestes à la taille de la salle, de l’auditoire. Enfin, maintenez le contact visuel avec votre public. Il ne doit jamais se rompre !

Occupez l’espace temporel

Pendant les quelques minutes que dure votre présentation, vous êtes maître du contenu, mais aussi du temps qui s’écoule et de la manière de le gérer.

Le stress a un effet contre-productif sur la parole et en accélère le débit. Ne tombez pas dans le piège !
Régulez votre débit, faites des pauses et ne vous laissez pas effrayer par les silences ! Ces derniers rythment votre discours, lui donnent de l’importance et sont un outil efficace pour maintenir l’intérêt de votre audience.

Mettez-vous en condition “prise de parole”

Si votre langage corporel parle aux autres, il vous parle aussi à vous ! Une posture qui marque la confiance, même feinte, aura des effets positifs sur votre état d’esprit.

Ainsi, libérez votre corps du trop-plein d’énergie en faisant quelques exercices et créez un geste « starter » : un geste symbolique qui appartient à chacun et marque le lancement de la prise de parole.

Respire

L’angoisse comprime les muscles de la poitrine et de la gorge et l’apnée contribue à accentuer le stress. Avant toute prise de parole, livrez-vous à quelques exercices de respiration. Ils feront redescendre votre rythme cardiaque et enverrons un signal bienveillant à votre cerveau.

Créez un lien avec votre public

C’est le Jour J, l’heure T même… vous êtes sur scène et des dizaines, des centaines, (des milliers ?) de paires d’yeux vous fixent. Plutôt que de céder à l’angoisse, rappelez-vous que votre discours est bien rodé, votre argumentation préparée et qu’il ne vous reste plus qu’à créer un lien avec votre audience anonyme. Briser la glace en quelque sorte. Une anecdote, une citation ou même une question sont des valeurs sûres en la matière. Veillez également à entretenir le contact visuel. Il doit porter sur l’ensemble de votre auditoire afin que chacun se sente concerné par votre discours.

Pendant votre prise de parole, restez vous-même

Vous êtes presque prête à devenir une oratrice hors-pair ! Mais un dernier détail à son importance… Restez-vous-même ! Faites-vous confiance, osez, et surtout, faîtes-vous plaisir ! N’envisagez jamais une prise de parole comme une épreuve mais toujours comme une opportunité. Une opportunité de grandir, de progresser, de prendre confiance en soit, de s’enrichir…

Et voilà ! Vous êtes fin prête ! Ou plutôt en théorie… Car ce qui compte dans ce type d’exercice, c’est surtout la pratique… Alors, à vos miroirs, à vos PowerPoint, à vos exercices de respiration ! La motivation et la force nécessaire pour captiver une audience sommeillent en vous et n’ont besoin que de la mise en pratique de ces quelques astuces pour faire briller votre talent ! À vos micros !

Olivia Penichou, Présidente fondatrice de l’agence de communication O2P

0
    0
    Votre panier
    Votre panier est vide